21/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/07/2019 à 22:02:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Amadou & Mariam

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
vendredi 4 mars 2005

Réjouissante fête au village malienne à La Coopé…

Trois ans après leur passage à la Coopérative de Mai en première partie de Sergent Garcia, Amadou & Mariam sont toujours aussi touchants quand ils interprètent leurs chansons d’amour afro blues… Si Manu Chao est venu mettre son grain de sel en studio, il n’est pas présent à l’occasion de la tournée ; le groupe qui accompagne Amadou & Mariam est donc composé d’une percussionniste, d’un bassiste/guitariste rythmique, d’un batteur et d’un claviers/électronicien.

Dès le début du spectacle, le public se retrouve presque en tête à tête avec Amadou & Mariam, toujours serrés l’un contre l’autre, très souriants et visiblement contents de jouer face à un public aussi enthousiaste que chaleureux. Ce n'est que justice : Amadou & Mariam, sur scène - et sur disque aussi d’ailleurs -, c’est un peu de joie de vivre et de tendresse dans un monde de (grosses) brutes. Malgré un son un peu trop agressif, lui, les morceaux du couple malien permettent de s’évader, de danser, et d’avoir l’impression pendant une heure et demie de participer à une fête au village, loin de tout artifice. Les histoires, tantôt en français, tantôt en malien, se succèdent donc, désarmantes de simplicité et de candeur. Elles narrent des petits bouts de vie où l’amour est toujours présent et que seules quelques tracasseries comme la guerre, la « triste réalité », le commérage, les jaloux viennent parfois troubler… Les musiques partent du blues, s’inspirent de la musique malienne et atteignent parfois des territoires plus occidentaux avec des touches électroniques épicées. Rien de révolutionnaire, mais tout cela est entraînant, frais et coloré.

Les voix d’Amadou et de Mariam se marient parfaitement, la guitare d’Amadou part dans des envolées bienvenues entre deux riffs de folk/blues, et l’ensemble du public semble passer une excellente soirée, à des années lumière de la sinistre réalité. Et oui, le bonheur, c’est simple comme un concert d’Amadou & Mariam.


www.amadou-mariam.com


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 10/03/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire