21/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/07/2019 à 22:02:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Kill The Thrill

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
jeudi 24 février 2005

Le groupe français Kill The Thrill a donné un concert absolument renversant en première partie des Tambours du Bronx fin février à la Coopérative de Mai… Le problème, c’est qu’il a dû jouer tout son set devant un public incroyablement apathique attendant une seule et unique chose : la « brillante » démonstration de destruction en règle de fûts de pétrole par une bande de déménageurs musclès, véritables fantasmes sur pattes pour la ménagère de moins de cinquante ans. C’est donc devant plus de mille personnes assises dans les gradins (d’où ne descendront que quelques applaudissement polis) et cinquante courageux dans la fosse que le trio métal indus a dû se produire… On n’avait pas vu accueil aussi glacial depuis des lustres, un grand merci donc au public des Tambours du Bronx pour cette démonstration de curiosité et d’ouverture d’esprit ! Après tout, peu importe : des gens qui écoutent les disques enregistrés par trente chevelus torse nu cognant comme des sourds sur de la tôle ne peuvent pas connaître grand chose de la musique… Kill The Thrill devrait donc presque prendre comme un compliment ce dédain manifeste.

Les ambiances sombres et malsaines délivrées par Kill The Thrill méritaient pourtant un tonnerre d’applaudissements : le maelström sonore extrêmement torturé produit par un guitariste/chanteur, une bassiste, un deuxième guitariste et des machines a vraiment quelque chose d’aussi unique que puissamment évocateur. La présence immobile et inquiétante du chanteur (croisement entre Bertrand Cantat et Rodolphe Burger pour le physique), sa voix absolument terrifiante (semblant émaner d’un monstre enfermé dans un sous sol depuis trop longtemps) ont de quoi marquer les esprits pour un bon moment... Les rythmes lourds ajoutés à l’enchevêtrement des guitares et de la basse sursaturés également… L’espace d’un instant, on pense aux excellents Young Gods, pour l’utilisation percutante des machines et la puissance des morceaux. Plus tard, une composition avec des boucles sonores montant vers le ciel remet en mémoire le travail de My Bloody Valentine et de son leader, Kevin Shields. En voyant Kill The Thrill sur scène, on se prend une violente décharge de rock en pleine gueule, avec des éclats très coupants de métal, de musique industrielle et de punk/hardcore. Avec l’aide des lumières – superbes –, les morceaux de Kill The Thrill sont une véritable plongée en apnée dans les tréfonds d’une âme en proie aux plus inavouables démons. Ils sont si tourmentés, qu’on pense sincèrement que la plupart des titres ne dépareraient pas la bande son d’un film déjanté de David Lynch

A la fin du concert, une dizaine d’applaudissements se font timidement entendre ; écœuré, le groupe débranche son matos dans l’indifférence générale… Une demi heure plus tard, c’est devant un public quasi en transe que le « nouveau » spectacle des Tambours du Bronx (immortalisé pour un dvd, mais on préférera attendre le nouvel album de Kill The Thrill prévu pour mai 2005…) se déroule, sans surprise. Parfois, il ne faut même pas essayer de comprendre…

(Photo Pirlouiiiit 2002)


killthethrill.free.fr/


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 12/03/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire