16/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/07/2019 à 16:47:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Garbo and the Adjectives + The Parisians

+ The Parisians
Fairfield Café (Toulouse)
vendredi 22 avril 2005

The Parisians sont descendus, ce vendredi, à Toulouse faire un bout de chemin avec Garbo and the Adjectives dans le cadre de la tournée « Garbo fait danser les filles tour 2005 ». L’affiche y est fraîche ; pourtant dès les premières notes des Parisiens il fait très chaud, la faute au chauffage poussé à fond ? Et glou et glou.

Honneur aux Parisians qui déboulent avec les chansons présentes sur leur quatre titres, heureusement ils en ont d'autres. Ici, ils ont moins les lumières des projecteurs dans les yeux, expression à prendre dans les deux sens du terme. Le son est peut-être moins appréciable que sur les péniches de Paris mais les quatre compères se la donnent assez timidement. Le futur ex-bassiste fait la tournée ; heureusement car qu’aurait donné une basse à rythmes ? Relayés médiatiquement, il est normal que la population autochtone se pose des questions quant à savoir si la hype qui les précède est fondée. Finissant aussi sèchement que le son des guitares, ils cèdent leur place à l'une des nouvelles valeurs locales.

Quand Garbo rentre le public prend du recul, au moins c’est pratique pour le « photographe masqué » présent sur tous les coups. Sur ce coup là les gens ne sont peut-être pas impressionnés, mais pour ceux qui ne les ont jamais vus c’est une bonne révélation. S'ils ont quelques références communes avec les Parisians, ils n’ont pas la même identité. J’espère que le nombre de filles qui dansent sera croissant au fil de leur tournée. Depuis ma première réception visuelle au Fairfield Café en janvier, on sent que Pat Bakélite, Von Plastic et Nico Romance deviennent maîtres de leurs prestations. Expédiant les balances efficacement, ils savent étoffer leur show. Les huiles humoristiques de Toulouse sont là, mais certains n'auront guère appréciés « public de merde », expression à remettre dans son contexte d'ailleurs.

Toutefois, pas d’échauffourées, la soirée se finit dans le calme ; agressé cependant par la bonne musique d’un mauvais dj.


www.garbogarbo.net
www.theparisians.fr.st

auteur : Sylvain Silver - sylvainsilver ate hotmail.fr
chronique publiée le 02/05/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire