16/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/07/2019 à 16:47:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Morning Star

+ Calc
La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
vendredi 13 mai 2005

Un concert de rêve !

Sur le papier, le concert des Anglais de Morning Star - avec en première partie les Bordelais de Calc - avait des allures d’affiche pop parfaite… Dans les faits, la soirée s’est déroulée comme dans un rêve avec deux groupes fans et amis les uns des autres, une ambiance conviviale et un public visiblement enchanté. Il faut dire qu'il fallait vraiment y mettre du sien pour repartir mécontent après avoir assisté à pareille démonstration de classe !

Pendant le bon concert de Calc, qui alterne les morceaux pop sous influences Elliott Smith/Radiohead du dernier album (Twelve steps to whatever) et les titres plus rock de l’album précédent, on ne peut qu’acquiescer et se laisser bercer par le chant, les musiques et les mélodies du groupe français. Les musiciens de Morning Star sont eux aussi sous le charme ; ils dansent au premier rang, tout en se lançant dans des applaudissements nourris dès qu’ils le peuvent. Si Calc souffre toujours un peu d’un manque de présence scénique et d’une difficulté à se démarquer franchement de ses influences, il faut avouer que la grande majorité des chansons jouées sont excellentes. La voix de Julien Pras est émouvante, ses morceaux sont bien écrits, les musiciens sont ravis de se produire sur scène (mais un peu tristes que ce soit la dernière date commune avec Morning Star) : Calc a parfaitement rempli son contrat…

Pourtant, si cette prestation était de qualité, rien (pas même le pourtant excellent dernier album de Morning Star, The opposite is true) ne pouvait laisser présager le déferlement de classe, de décontraction et d’émotions qui allait s’abattre sur public avec le concert tout simplement génial du groupe de Jesse D. Vernon. Dans une ambiance presque familiale - c’est maintenant au tour de Calc de soutenir les Bristoliens et à Morning Star de les remercier -, les quatre musiciens se lancent dans un concert d’anthologie. Les morceaux sous influence Americana (à la Calexico) sont troublants de beauté, les titres plus rock façon Lou Reed/Velvet Underground sont hallucinants et les essais de pop « bristol sound » sont divins… On nage donc en plein bonheur, en se demandant à la fin de chacun des morceaux ce que ce combo béni des dieux va bien pouvoir trouver pour prolonger l’extase. Toujours souriants et semblants prendre un pied incroyable à jouer, Jesse D. Vernon et ses acolytes rivalisent de classe pour les parties de guitare (avec de superbes solos), de trompette, de mélodica, de basse ou de batterie. La multi instrumentiste choriste est particulièrement à féliciter, tant ses interventions sont pleines d’à propos et de finesse… Mr Vernon, quant à lui, ne commettra pas une seule faute de goût (que ce soit au chant, à la guitare ou à la basse) pendant la durée totale du concert. C’est sans doute pour cela qu’il émane de sa personne un tel charisme, une telle sérénité et un tel amour des musiques folk, rock, country et pop.

Quand le groupe quitte la scène, on hésite réellement à fondre en larmes de désespoir. Quand il revient jouer une version joliment décontractée du sublime Starman de David Bowie - avec Julien Pras au chant et tout Calc sur scène -, c’est de joie qu’on pleure. Et tout cela se finit, comme de bien entendu, par un énième superbe morceau de Morning Star. Ah, si tous les concerts pouvaient atteindre ce niveau, rendre aussi heureux et se dérouler dans une telle atmosphère de fraternité...


www.morningstarsmallorchestra.org.uk
www.microberecords.com/artists/artists_bio.php?lng=fr&artiste_id=3
www.calc.fr.st

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 15/05/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire