23/05/2019  |  5195 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2019 à 08:15:03
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Lou Barlow

+ Icalma
La Maroquinerie (Paris)
lundi 2 mai 2005

Icalma avec des vidéos, c'est tout de suite mieux. Plus incarné et chaleureux qu'en première partie de Low le samedi précédent, la Maroquinerie sied bien au trio en rampe de lancement. Leur concert débute par un instrumental à la guitare de Philippe Boisier, le franco-chilien du groupe. Au tour d'Armelle Pioline, chanteuse de Holden de nous séduire par un susurré Tu ne sais rien d'elle, belle vocalise éthérée sur des nappes synthétiques avec une batterie intermittente. Durant la plupart des comptines qui suivent, nous avons droit à un plaisant double piano, simple banc avec un clavier posé de chaque côté, Philippe à droite et Armelle à gauche. Le dernier morceau, véritable noisy montante intime, voit Armelle gratouiller genoux au sol et Pierre-Yves, le batteur, plus déchaîné. Convaincant.

Un t-shirt clair, un jean bleu foncé, des baskets marrons, des lunettes et légèrement enrobé, c'est ainsi que se présente Lou Barlow, l'inoubliable créateur de Sebadoh et autres noiseries lo-fi. Lou bénéficie d'un accompagnement minimal : trois micros, un synthé cheap et des tas de pédales. Dès le premier morceau, extrait du récent Emoh, Lou se sample et rejoue par-dessus et chante sur différents tons. Le motif mélodique est simple, lugubre et lumineux. Comme vous pourrez le voir sur la photo, la seule lumière est bleutée, un peu comme une pénombre religieuse. Lou confie "I'd like to play new songs, it's relaxing me" ou "This is another new one, written 6 years ago". De là un petit folk sautillant et guilleret. Quelques morceaux plus tard, "I play all right for five songs and after I don't know what to play…". Finalement on a droit à une chanson du Folk Implosion, World of fire. Ou telle autre au sujet d'une Marie qui n'aurait pas conçu le Petit Jesus par le Saint Esprit. Pour finir du Sebadoh, Soul and fire, des histoires sur un petit chat qui lui manque et pas mal de folk. Un concert qui donne une forte envie de le revoir très bientôt. crédit photo : Cathimini


www.loobiecore.com
www.sebadoh.com
www.radical-production.fr

auteur : Stanislas de Guillebon - stan@foutraque.com
chronique publiée le 25/05/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire