19/08/2019  |  5224 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/08/2019 à 16:59:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Daniel Johnston

+ Fruit Key
Le Garage (Toulouse)
vendredi 3 juin 2005

Culte, c’est le premier mot que sortit un ami quand il apprit que Daniel Johnston devait passer un soir à Toulouse. Culte, c’est bien le mot qui qualifierait le mieux l’artiste, autant que sa vie faite de chaos, de souffrances mentales, entre éclaircies sidérales et profondeurs insondables. Par cette instable alchimie, chaque concert de l’artiste est une œuvre atypique, tutoyant la perfection comme son parfait contraire.

En ce vendredi soir, si le public toulousain ne savait pas vraiment ce qu’il allait voir, cela ne l’a pas empêché de venir en masse dans la galerie d’art Le Garage. Près de trois cents personnes de tous âges, fans ou simplement curieux. Tout s’annonçait donc sous de très bons auspices, sauf que dès les premières notes de Fruit Key, nous pûmes bien constater qu’une galerie d’art ne sera jamais l’équivalent d’une salle de concert. Son trop sourd voire saturé, dissonance de volumes entre la voix et la guitare ont eu raison de Fruit Key. Pourtant cet artiste américain un brin dilettante avait sans doute quelques belles compositions pour charmer le public toulousain. A revoir donc dans d’autres conditions.

Alors que l’attente se faisait sentir, Daniel Johnston prit place sur scène. Visiblement hagard et complètement groggy, l’artiste suscita quelques commentaires dans l’assemblée. C’est dans ce trouble de début de concert que nous primes conscience qu’une partie du public n’était pas là pour voir l’artiste mais plutôt l’être humain en proie avec ses démons internes, dénotant un côté malsain, proche d’Elephant Man, bien malvenu pour un concert. Du coup, le concert prit une drôle de tournure quand, dès le troisième morceau, quelques personnes, visiblement émêchées, prirent directement à partie l’artiste en pleine interprétation. Gêné, perturbé, Daniel s'y reprit à trois fois sur une intro, avant que les organisateurs n'écartent gentiment les fauteurs de trouble. Cependant, à voir la mine pas très rassurée de l’artiste, quelque chose en lui fut, à ce moment là, brisé. Trois ou quatre morceaux plus loin, il prit congé du public, bouclant ainsi le concert le plus court de l’année. Sur le plan musical aussi, ce concert fut assez déroutant. Crispé sur sa guitare, ses premiers morceaux furent en deçà de l’attente. Malgré sa voix inimitable et sa conviction d’interprétation, la première partie ne fut pas concluante. Ce ne fut que lorsque qu’il prit possession du piano que toute sa sensibilité prit son essor. Malheureusement des problèmes de son gâchèrent l’espoir de vivre pleinement l’envolée. Dommage, doublement dommage, car sous les contours physiques disgrâcieux du chanteur, se cache un artiste brillant et émouvant…

Crédits Photos : Christophe Mascarin et Jérôme Favier.

Cliquer ici pour voir le reportage sur le concert proposé par OC-TV.


www.hihowareyou.com
www.clemsnide.com
lachattealavoisine.site.voila.fr

auteur : DrBou - drbou31@hotmail.com
chronique publiée le 10/06/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire