16/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/07/2019 à 16:47:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Shivaree

+ Christophe Adam
La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
jeudi 9 juin 2005

Très prometteuse sur le papier, la soirée organisée à la Coopérative de Mai avec Christophe Adam en première partie de Shivaree n’a pas déçu, bien au contraire… Les deux artistes sont, en plus, sur la même longueur d’ondes puisque la belle Ambrosia Parsley a craqué sur les chansons admirables du Clermontois, au point de l’emmener en tournée pour quelques dates en France.

Christophe Adam : des moments à part, entre chanson, pop, folk, rhythm and blues et rock.

Et on comprend la chanteuse de Shivaree, quand on assiste à la prestation - superbe en tous points - délivrée par l’auteur de l’inépuisable album La grande muette en 2002. Même si ce n’est pas une surprise - l’homme a déjà montré l’étendue de ses talents au même endroit avant La Position du Tireur Couché, Marianne Faithfull et plus récemment Françoiz Breut -, on se rend très rapidement compte que les concerts de Christophe Adam sont des moments à part, entre chanson, pop, folk, rhythm and blues et rock. Avec des textes très bien écrits, des musiques accrocheuses (fortement imprégnées par les hits I’ve been loving you too long et Sitting on the dock of the bay de ce génie qu’était Otis Redding), une belle voix rocailleuse et un guitariste du calibre de Daniel Larbaud comme accompagnateur inspiré, le discret songwriter semble paré pour connaître une reconnaissance méritée.

Shivaree : tous les atouts sont dans son jeu.

Aucun problème de reconnaissance par contre pour Shivaree, depuis l’utilisation de l’intemporel hit Goodbye moon par Quentin Tarentino dans la bande originale de son fameux Kill Bill. Rendons hommage au bon goût du réalisateur : ce titre du premier album a permis à la carrière du groupe américain de se poursuivre après des démêlés avec sa précédente maison de disques. En assistant au charmant concert de Shivaree (dans une nouvelle configuration, sans les membres historiques du groupe Duke McVinnie et Danny McGough, mais avec des remplaçants de très haut niveau), on se dit qu’il aurait été vraiment dommage que la carrière de ces musiciens touchés par la grâce s’arrête si tôt. Fort heureusement, un nouvel album est paru en 2005, l’impeccable Who’s got trouble, parfait « prétexte » pour revoir Ambrosia Parsley fouler la scène du club de la Coopé, cinq ans après un concert troublant.
Et force est de constater qu’elle est toujours aussi craquante physiquement et vocalement, sans oublier d’avoir très bon goût : elle arbore un t-shirt I am a bird now d’Antony and the Johnsons. Et oui, on l’avait déjà remarqué lors de son premier passage, cette femme a tous les atouts dans son jeu. Elle est très agréable à regarder (je me répète, je sais… ), elle chante d’une voix enfantine absolument irrésistible, elle sait s’entourer de bons musiciens, elle est drôle (par exemple, quand elle fait monter un spectateur pour traduire l’histoire de la vie de sa grand-mère, pas exactement commode... ), elle semble ravie d’être sur scène et pour couronner le tout, elle est intelligente et lucide sur son pays (elle fustige avec humour Bush Junior dans I Close my eyes et déclare qu’elle a déjà rêvé de le torturer)… Avouez que cela tranche agréablement avec les propos patriotes et républicains de cet âne de Bruce Willis, malheureusement représentatif d’une partie du peuple américain (quelle tristesse) ! Le voyage dans l’Amérique de Shivaree est, lui, totalement réjouissant : les morceaux sonnent comme de véritables classiques avec guitares Western sursaturées, ambiances country/folk envoûtantes, passages soul pop touchants et accordéon cajun donnant une couleur très Nouvelle Orléans… Impossible de bouder son plaisir devant un tel déferlement de classe à l’état pur.

(Crédit Photo : Melanie Nissen)


www.shivaree.com
www.v2.fr

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 14/06/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire