23/02/2020  |  5313 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/02/2020 à 15:55:31
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Morning Star

+ Koacha
Fairfield Café (Toulouse)
samedi 29 octobre 2005

« Le cœur, c’est important ». Dans cette phrase simple prononcée dans un français approximatif (mais charmant) par Jesse D. Vernon, le leader de Morning Star a tout dit pour définir cette agréable première soirée organisée par l’association Friends Of P.

La première partie est assurée par les Montpelliérains de Koacha. Et le manque de cœur, au sens émotion, est peut-être le seul reproche que l’on pourrait faire à ce groupe. Par contre énergie et efficacité sont au rendez-vous, à l’instar du dévastateur single Revolution. On pense à Franz Ferdinand et surtout à Blur. Le groupe assure une reprise des Beatles (Help). Au final, ils sonnent plus anglais que Morning Star, pourtant originaire de Bristol. On se laisse prendre au jeu, notre tête dandine et l’on bat du pied. Et quand le groupe se lâche, à l’image du dernier morceau étiré, on adhère encore plus.

Quand Morning Star arrive sur scène, l’atmosphère de la salle est beaucoup plus apaisée. On a l’impression d’être à la maison et d’assister à un bœuf entre amis. Il faut dire que les quatre protagonistes n’ont joué que 2 fois ensemble avant ce concert. Cela rajoute un côté touchant aux excellentes mélodies de Jesse D. Vernon qui nous rappellent le grand ouest américain. Le leader à l’allure décontracté est excellemment entouré par un bassiste parisien aux pieds nus, à l’instar de Kate, la multi-instrumentiste (trompette, mélodica, banjo, guitare) à la voix d’ange. Le batteur de Calc, au jeu fin, complète le quatuor. Toute cette équipe avec une classe absolue, une maîtrise des instruments nous emmène sur le terrain de Calexico, du Velvet Underground (Invisible man), du folk américain. Le public nage en plein bonheur et demande un rappel. Le groupe termine le set avec un grand classique de la comédie musicale, East of the sun (West of the moon). À la fin du concert, on a envie de parler avec les musiciens de Morning Star, d’être leur ami. Cela tombe bien, c’était une soirée Friends of P et on leur souhaite longue vie !

A lire également sur foutraque.com, la chronique de l'album de Morning Star, The opposite is true (Microbe Records - 2005) et le compte-rendu du concert donné par le groupe à la Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand) en mai 2005.


www.morningstarsmallorchestra.org.uk
www.koacha.com
www.maisondrole.com/friendsofp

auteur : Nicovara -
chronique publiée le 02/11/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire