16/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/07/2019 à 16:47:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Adam's Family Five, Christophe Adam, The Elderberries, Eleasy, Shaolin (Découvertes du Printemps de Bourges 2006)

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
vendredi 2 décembre 2005

Bon cru, pour le millésime 2006 des auditions de la région Auvergne pour les Découvertes du Printemps de Bourges : cinq groupes sachant se produire sur scène, avec un univers bien à eux et des compositions percutantes, pour la plupart. Malheureusement, le public - qui s’était déplacé en nombre - était étranger au concept de respect des artistes… Petit rappel pour les distraits : quand on n’aime pas un concert intimiste nécessitant une écoute attentive, on va au bar, au lieu de hurler des inepties ou de raconter sa vie en parlant fort...




Shaolin :

Le trio Shaolin (deux MC, plus un DJ, le fameux Doctor Vince) n’a pas eu à pâtir du comportement déplacé du public, pour la bonne et simple raison que celui qui était présent à 20 h 30 était constitué de fans du hip hop asiatique ourdi par les trois protagonistes du groupe. Même si le style musical qu’ils ont adopté n’est pas forcément notre tasse de thé, il faut avouer que les deux très jeunes MC font bien ce qu’ils ont à faire (chanter, bouger, faire réagir positivement les gens), en bénéficiant des bonnes bandes son et des scratches percutants envoyés par Dr Vince. Si les clichés dans les textes et les attitudes déjà vues ne sont pas toujours évités, l’essentiel réside dans le fait que ce soit réalisé de manière sincère. Le passage final avec Doctor Vince au chant, au nunchaku (attention à ne pas se blesser, hein !) et à la danse de l’ours était fort drôle ; mais on doute que ce soit le but recherché…




Adam’s Family Five :

Changement radical d’ambiance juste après avec les quatre membres d’Adam’s Family Five, un groupe qui nous avait fait très bonne impression sur scène, il y a déjà 5 ans. La boîte à rythmes a été remplacée par un excellent batteur, mais le style reste le même : un garage punk ‘n blues viscéral, extrêmement convaincant il faut bien le dire. Le chanteur guitariste est assis - ce qui pourrait nuire à l’impact de sa musique -, mais sa voix gravement rock et son jeu de guitare stoogien assurent la réussite des compositions de son groupe, au même titre que l’apport d’un excellent guitariste organiste (Farfisa, s’il vous plaît) et d’un bassiste inquiétant. Dans ces conditions, comment ne pas remarquer que les morceaux d’Adam’s Family Five sont bien écrits et dégagent des atmosphères inquiétantes, énervées ou superbement lancinantes ? Tout cela est si bien ficelé qu'on pense aux excellents 22 Pistepirkko... Ce groupe possède toutes les qualités pour réussir. S’il le veut, bien sûr.




Christophe Adam :

Auteur d’un très bon album sorti il y a trois ans, de concerts parfaits en compagnie de Shivaree, La Position du Tireur Couché, Françoiz Breut et Marianne Faithull, Christophe Adam n’est plus un jeune artiste, il a en effet dépassé la quarantaine. Cela lui enlève-t-il ses mérites de chanteur, de musicien et de songwriter (qui sont grands) ? Non. Cela justifie-t-il qu’il joue dans une grande salle garnie de jeunes consommateurs de musique formatée s'en foutant royalement et le chahutant ? Assurément, non ! Rien n’y fera : ni les commentaires acides de Christophe Adam, ni les tentatives désespérées de ceux qui veulent écouter les morceaux ne changeront quoi que ce soit à l’affaire... Pourtant, les chansons sont excellentes, l’univers du monsieur est intéressant et original, ses musiciens (Jean-Michel Plasse à l’orgue Hammond sobrement classe et Daniel Larbaud, un guitariste qui utilise sa superbe Gretsch à la perfection) apportent un plus indéniable. Mais de tout cela les gens qui vocifèrent, se racontent leur vie, voire discutent accoudés à la crash barrière en présentant leur dos à l’artiste, n’en ont que faire… Les CONS !




Eleasy :

Forcément, on est encore très énervé quand les trois jeunes femmes d’Eleasy débutent leur set… Mais c’est exactement ce qu’il nous faut pour repartir sur de bonnes bases : une musique sans fioritures lorgnant vers le punk (entre Elastica et Breeders, avec quelques passages bruitistes à la Sonic Youth) où l’on remarque des guitares distordues qui sonnent, une section rythmique qui claque et un chant à la Throwing Muses (Kristin Hersh), voire à la Sleater-Kinney. Si le propos d’Eleasy n’est pas de révolutionner la musique pop/rock, l’énergie rafraîchissante qui se dégage de ce jeune trio fait plaisir à voir… et à entendre. Il y a néanmoins des progrès à faire sur le chant, la présence scénique et la puissance de feu, mais l’on peut dire sans trop s’avancer que les trois musiciennes sont sur la bonne voie.




The Elderberries :

Sur la bonne voie, les Elderberries le sont depuis le début eux aussi, ils sont même en train de prendre à fond l’autoroute de l’enfer du succès, leur première partie façon Blitzkrieg des Datsuns le prouve… Sans surprise, c’est donc dans une grande salle de la Coopé pleine et chauffée à blanc que les Elderberries se sont produits en fin de soirée ; et ils n’ont rien fait pour refroidir les ardeurs du public avec leur punk hard rock virulent. Au contraire ! Comme les Datsuns, ces cinq jeunes rockers français, anglais et canadiens font se rencontrer dans leurs partitions incandescentes Led Zeppelin, AC/DC et les Stooges, et le résultat est hyper percutant en concert. Certes, il y a quelques incartades trop franchement hard rock à notre goût (voire hard rock FM pour un seul et unique titre) mais la majorité des compositions hystériques des Elderberries donnent envie de pogoter méchamment en poussant des cris de bête sauvage. Ce qui est plutôt bon signe, vous en conviendrez aisément, j’espère…

Verdict en février, après visionnage des vidéos par un jury parisien composé de professionnels de la profession, pour savoir qui ira jouer au Printemps de Bourges, en avril 2006. Il va falloir être patient, et ça va être dur pour les cinq présélectionnés auvergnats. C'est tout à fait compréhensible, on a également déjà envie d’y être à ce fameux Printemps de Bourges 2006 (et sans passer par la case "hiver", si possible), le PDB 2005 nous laissant un très souvenir...

A lire, sur le Printemps de Bourges 2005 : les chroniques des concerts de Tokyo/Overtones, The Kills, Soldout, The Craftmen Club, The BellRays + Nashville Pussy + The Ex, The National + Herman Düne, Interpol + Bloc Party + Gomm, Low + Ray Lamontagne, Nancy Sinatra + Alexandra Roos et Marianne Faithfull + Françoiz Breut...

Sites Internet : www.reseau-printemps.com, www.printemps-bourges.com, www.eleasy.com, www.hop.fr/Adam, cira.ground7.com/base.php?contact=483, www.funtigo.com/theelderberries, www.lacoope.com.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 20/12/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire