20/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Kill The Young

La Maroquinerie (Paris)
mardi 31 janvier 2006

La dernière fois qu'un groupe composé de trois jeunes frères avait fait parler de lui, il s'agissait d'Hanson !
Souvenez-vous du tube radiophonique légèrement mièvre Mbop... un véritable traumatisme des années 90 qui a tenté de ressurgir dernièrement, sans trop de succès fort heureusement.
Une décennie plus tard, la fratrie Gorman se retrouve, à son tour, sous les feux des projecteurs.
Premier bon point, ils n'ont pas choisi leur patronyme comme nom de scène mais un attribut plutôt attirant : Kill The Young.
Assistera-t-on à l'autodestruction du trio sitôt la tournée mondiale achevée ou se sont-ils nommés ainsi afin d'être plutôt bien référencés dans les moteurs de recherche ?
Finalement, peu importe.

Alors qu'un tube, Origin of illness, émerge de leur premier album, les Mancuniens d'adoption -ils sont irlandais d'origine- ont décidé de jouer 24 dates en France !
Second bon point, il est devenu rarissime qu'une formation étrangère daigne se produire aux quatre coins de l'Hexagone.
Tom, le chanteur-guitariste, affiche clairement un look à la Kurt Cobain -normal pour toute coqueluche en herbe qui désire être (un peu) respectée et (très bien) cataloguée- tandis que ses deux frères, le cheveux court et plus discrets, assurent une rythmique soutenue.
Dans une salle de la Maroquinerie pleine, Kill The Young distille lentement ses morceaux-phares et quelques nouveautés : certains morceaux sont accrocheurs, d'autres moins, mais ils ont le mérite de ne pas laisser indifférent.
Les Anglaises légèrement effarouchées ont évidemment craqué pour Tom, tandis que les nombreux teenagers mâles s'éclatent sur la basse qui claque et la batterie qui résonne.
Le combo jouera une heure et, ayant visiblement épuisé son répertoire, interprétera une seconde fois Origin of illness, sans avoir cependant l'audace de transformer ce futur classique en une déflagration sonique ultime, violente et définitive.

Lire aussi : un compte-rendu de la prestation de Kill The Young aux Transmusicales de Rennes 2005.

(Photo : Chris Saunders)


www.killtheyoung.com
www.lamaroquinerie.fr

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 01/02/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire