23/05/2019  |  5195 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2019 à 08:15:03
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
The Lords Of Altamont

+ The Elektrocution
Nouveau Casino (Paris)
dimanche 5 février 2006

Il ne reste désormais plus qu'un seul domaine où les américains peuvent donner des leçons au monde entier : le rock'n'roll !
Signés sur le label folk parisien Fargo (on ne peut qu'encourager cette petite maison de disques à soutenir des combos de cet acabit), les Lords Of Altamont sont une sorte d'ovni.
Composé d'ex-membres éphémères des Cramps ou encore des Fuzztones, ce super-groupe possédait déjà une solide carte de visite avant d'atterrir en France, pour une tournée d'une dizaine de dates.
Aidés d'un nouvel album, une tuerie de 11 titres intitulée Lords have mercy, les LOA n'auront vraiment aucune pitié pour nos sens.
250 personnes (en majorité des trentenaires voire des quadras, très peu de teenagers) sont d'ailleurs restées scotchées dimanche dernier au Nouveau Casino, après la prestation dantesque des Lords.
De la véritable folie : une attitude irréprochable, une présence hallucinante et un son tout simplement énorme.

The Elektrocution, jeune formation rouennaise nihiliste assurèrent une première partie honnête, avec un punk-rock énergique plutôt bien exécuté, mais une fois sur scène, les Lords balayaient irrémédiablement tout sur leur passage (faisant même oublier le set des normands)...
Tatoué de la tête aux pieds, sorte de rencontre improbable entre Dregen des Backyard Babies et Marilyn Manson, lunettes de soleil vissées à même le crâne, Jake "The Preacher" Cavaliere est un monstre de foire à lui tout seul.
Le chanteur longiligne, brun et gominé n'aura cesse de malmener son orgue Farfisa, de lui faire honneur en lui grimpant dessus à maintes reprises et de vociférer son ode au Velvet, à l'Action et à ce qui vaut 4,95 $...
Hâtivement comparables aux MC'5 (pour la sauvagerie maîtrisée) ou à Queens Of The Stone Age (pour l'épaisseur du son et une certaine mise en scène psychédélique), Cavaliere et ses 4 fidèles musiciens avec de bonnes têtes de bikers primaires, se sont donnés comme mission de faire oublier les groupes en "The" de ces 5 dernières années et de revenir aux sources du rock à guitares : Les Cramps, Radio Birdman, les Ramones...
Ils reprendront d'ailleurs Time has come today des Chambers Brothers, comme le firent les frères Ramone, au début des années 80.
Un gang à suivre de très près, en espérant qu'ils assurent, par exemple, la première partie des Stooges le 8 mai prochain au Zénith de Paris.
Ce ne serait que légitime.

(Photo : David Thornton)


www.lordsofaltamont.com
www.fargorecords.com
www.nouveaucasino.net

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 06/02/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire