08/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Emily Loizeau

La Comédia, Salle des Pavés (Paris)
vendredi 17 mars 2006

La jolie « anomalie » de la « galaxie » Fargo, Emily Loizeau, a pris ses quartiers, depuis le début du mois de mars, dans le XIème arrondissement parisien, du côté de Ménilmontant. Elle y propose en résidence, tous les jeudis, vendredis, samedis et dimanche (jusqu'au 2 avril), dans le cadre intimiste de la Comédia (Salle des Pavés), un charmant spectacle, empli d’espièglerie et de clins d’œil à l’enfance.
Accompagnée de deux musiciens impeccables, Cyril Avèque (batterie, guitare, chant) et Olivier Koundouno (violoncelle, basse, chant), cette craquante trentenaire y présente son nouveau disque (après un premier 6 titres autoproduit), L’autre bout du monde, l’une des belles surprises de ce début d’année.
On retrouve avec délice son joli timbre de voix, ses histoires d’amours contrariés, ses amusants propos de « midinette », ses comptines enfantines, sa belle maîtrise du piano, dans un univers personnel, très chanson cabaret.
L’auditoire, vite séduit par une mise en scène épurée mais pleine de poésie (signée Daniel Levy, un ancien compagnon de théâtre) est même mis à contribution dans le spectacle… mais, chut !, on ne dévoilera rien…
Les prestigieux invités vocaux de l’album (Andrew Bird, Neal Casal, Tryo…) bien sûr absents sur scène, c’est Cyril Avèque qui reprend joliment le témoin, proposant notamment une interprétation a capella de Jasseron, en duo avec Emily, qui n’a absolument pas à rougir de la comparaison avec celle gravée sur disque (où officie Franck Monnet).
Sacrément pétillante et pour tout dire irrésistible, Emily Loizeau devrait très rapidement se faire une place de choix dans l’univers, pourtant fort encombré ces temps-ci, de la chanson française (mais son répertoire comporte également quelques titres en anglais (dont l’épatant I’m alive) interprétés -un atout - sans accent, mère anglaise oblige).
On lui souhaite de voir très vite L’autre bout du monde ou Jasseron triompher sur les ondes, ce qui lui permettrait ainsi de gagner de plus vastes salles. Ce serait une belle récompense pour le boss de Fargo Records, Michel Pampelune, qui a pris le risque, avec cette signature, de « brouiller » un peu l’image de son remarquable label, très teinté americana. Mais qu'aurait-il pu refuser à un si joli « oiseau » ?

Retrouvez de superbes clichés de ce concert sur le site LockuHome.


www.emilyloizeau.net
www.fargorecords.com
www.fargostore.com

auteur : Jérôme Crépieux - jerome_(at)_foutraque.com
chronique publiée le 21/03/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire