14/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
63 Tour : La Position du Tireur Couché

La Maroquinerie (Paris)
lundi 27 mars 2006

Chouette initiative que ce 63 Tour : quatre groupes originaires du Puy-de-Dôme (La Position du Tireur Couché, Quidam, Dr Vince et Christophe Adam) lancés sur les routes de France, avec comme point d’orgue de la tournée, une date à la capitale. A cette occasion, La Coopérative de Mai « annexe » pour ainsi dire la Maroquinerie, puisque les billets délivrés gratuitement à l’entrée, en même temps qu’un sampler des groupes programmés et l’agenda F.A.C., portent le cachet de la salle chère à notre Pierre Andrieu national.
Après le tour de chant de Christophe Adam et les « élucubrations » aux platines du Dj Zebra du 6.3., Dr Vince, place au groupe pour lequel manifestement, tout le monde s’est déplacé : La Position du Tireur Couché, qui après avoir connu les « honneurs » d’une sélection CQFD / Les Inrocks, a ressorti l’an passé son premier album, Acapulco, « jubilatoire » et gavé de tubes potentiels, chez Naïve.

Mené par un joli couple (à la scène), Gaëlle Le Cozanet et Frédéric Pradelle, qui s’apostrophent régulièrement dans des couplets de chansons souvent irrésistibles, LPDTC n’a guère besoin de se forcer pour faire se dandiner la fosse, qui réagit au quart de tour sur des titres tous plus « idiots » les uns que les autres (mention spéciale à Bête (à manger du foin), Je suis un branleur ou Acapulco), très pop dans l’esprit et globalement pourvus d’arrangements assez « kitsch » (on pense parfois à Lilicub, notamment sur le titre Steve Austin).

Avec sa voix à la Brigitte Bardot, son joli physique et un sourire ravageur, la chanteuse, « servie » par des textes parfois misogynes, accapare sans difficulté les regards de la gent masculine, quand son acolyte, qui joue au « James Bond du quartier » focalise, lui, avec habileté, l’attention de ces dames. Le public, ravi, ne se fait donc pas prier pour reprendre une bonne partie des refrains en chœur ou faire du « handclap », encouragé par un batteur intenable (Gaël Jonard), même si les morceaux, dans l'ensemble, sont plutôt exécutés platement (à l’instar des reprises, pourtant bien choisies, de These Boots are made for walking (Nancy Sinatra) et Bluebirds (Adam Green)). Cependant, quelques maladresses dans l'exécution ne peuvent totalement ôter aux chansons du groupe leur caractère « tubesque » : joliment écrites, elles mériteraient une exposition conséquente sur les ondes, alors que l’été se profile.

Après une trop courte prestation, le groupe, hilare, regagne les coulisses de la Maroquinerie avec une belle satisfaction : celle d’avoir remué le public parisien, pourtant tellement amorphe d’ordinaire... Sacrée performance, comme celle de m’avoir éclairé sur ma « triste » condition : « Je suis un branleur, je ne vis qu’à deux à l’heure »… C’est malin, tiens !

A noter : La Position du Tireur Couché sera en concert le 10 juin à Toulouse (Le Fairfield) en compagnie de Momotte - un événement Friends of P.


A lire également, un portrait de La Position du Tireur Couché, un compte rendu de concert de LPDTC en décembre 2004, ainsi qu'une chronique de concert de Christophe Adam et une critique de son dernier disque, sans oublier un compte rendu d'un concert de Quidam et une chronique d'un mix de Dr Vince...


www.laposition.tk
www.myspace.com/lapositiondutireurcouche
www.lacoope.org


auteur : Jérôme Crépieux - jerome_(at)_foutraque.com
chronique publiée le 29/03/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire