07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Peeping Tom

Elysée Montmartre (Paris)
mercredi 8 novembre 2006

Mike Patton est un personnage culte. Depuis plus de 15 ans, il prête ses vocalises à diverses formations toutes plus alambiquées les unes que les autres (étrangement INXS l’avait approché à la fin des années 90, pour assurer le remplacement de Michael Hutchence !). Autrefois qualifié de clone d’Anthony Kiedis des Red Hot Chili Peppers, Patton a rapidement su se démarquer et s’affirmer en tant que frontman délibérément foutraque et outrageusement charismatique. Après la séparation de Faith No More et la publication d’albums résolument atypiques, tout en ayant goûté au succès (avec une reprise très classe des Commodores - Easy), Mike Patton a rejoint l’underground et a tendance désormais à souvent frôler l’expérimental. Dernier-né de ses projets, Peeping Tom est censé être le groupe le plus proche de l’univers de Faith No More.

Un Patton apparait sur scène, en costard, les cheveux gominés, un filet à chignon les entourant. Visiblement enjoué, il distillera une musique à la fois complexe et décomplexée : difficile à suivre pour les uns, chaotique pour certaines oreilles peu aguerries ou à la pointe de la création pour les plus sensibles à son art. La "human-beat-box" qui l’accompagne -une armoire à glaces engoncée dans un manteau à capuche- pèche par manque de voix (paradoxal), en revanche la nymphette, aux chœurs et légèrement vêtue, attire toutes les attentions et bénéficie d’un coffre sur mesure. La section guitare-basse-batterie, bien en retrait et en retenue, laissera Patton développer son art de la gestuelle et du gimmick, tout au long du set.
Le public trentenaire en aura pour son argent (38 € la place), mais le concept Peeping Tom demeurera certainement confidentiel, tant il est tarabiscoté. Quoi qu’il en soit, il sera possible d’apprécier Mike Patton l’hyperactif, très prochainement, au sein d’un nouveau combo dont il a le secret de fabrique, en attendant (ce qu’espéraient tous les spectateurs présents) la reformation de Faith No More.

Album de Faith No More recommandé : The real thing




www.ipecac.com/bio.php?id=44
www.myspace.com/peepingtomispatton

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 15/11/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire