08/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Naast (Garage Club 8)

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
jeudi 16 novembre 2006

LES NAAST. LES NAZES ?

Les Naast… Insupportables têtes à claques ? Fils à papa à qui tout tombe tout cuit dans l’assiette ? Pistonnés profitant du carnet d’adresse de leurs familles pour voler la vedette à quantité de groupes authentiquement rock ‘n roll ? Gamins poseurs de Joinville le Pont faisant leurs crises d’adolescence bien sagement sur scène ? Rock stars de pacotille singeant scolairement les Strokes et les Libertines ? Fantasmes sur pattes destinés à humidifier les culottes des lectrices de Elle, puis à les pousser à acheter les disques ? Jeunes gommeux soutenus par des rock critics grabataires et vendus ? Groupe signé sur la seule foi d’un buzz écœurant pour tous les vrais groupes de rock ? Ados friqués surjouant – faux – la rébellion rock ? Futures stars du punk yéyé poussées au cul par l’avisé manager de Téléphone, François Ravard ? Brillants songwriters capable d’écrire des textes que n’auraient pas reniés les très crédibles Forbans ?


Rien, nada, que dalle, du vent…

De multiples questions – et quelques noms d’oiseaux à l’attention du groupe mais surtout de ceux qui les soutiennent aveuglément – viennent en tête après la prestation de 30 minutes chrono (en tête d’affiche du garage club huitième du nom !) de la soi disant nouvelle sensation "rock français". Oui, vous avez bien lu, les Naast font une tournée française, et il y a même des groupes qui ouvrent pour eux… Inouï ! Au lieu de tourner, ils feraient mieux de répéter de nouveaux morceaux, de prendre leur temps pour écrire des chansons qui tiennent la route. Parce que là, c’est le vide intersidéral : du rock bravache joué de manière percutante (il faut l’avouer), mais sans aucune trace d’originalité, d'inspiration, d’urgence, d’authenticité… Rien, nada, que dalle, du vent… Heu, si, il y a quand même un bon morceau dans le répertoire des Naast : une reprise de Spencer Davis Group, chantée en simili yaourt avec un accent anglais limite limite… Aussi drôle que Johnny Hallyday chantant Elvis ! « bi baup a loula, shiz maille bébi ! »


Cours de soutien en anglais, cours de chant, cours d'écriture de textes...

Au lieu de faire une sélection entre vos nombreuses groupies après les concerts au Gibus, il va falloir assister à vos cours de soutien en anglais, M. Gustace « Naast » Rambali, sinon vous allez au devant de graves déconvenues ! Et tant que vous y êtes, des cours de chant – Armande Altaï est disponible, c’est cool – seraient nécessaires pour apprendre à hurler sans faiblir pendant au moins une heure… Il ne suffit pas d’écouter les Stooges pour chanter comme Iggy, hein. Au lieu de lire les chroniques énamourées écrites sur vous par Busty (rires), il serait préférable de penser à demander des conseils à Patrick Eudeline (s’il est joignable... ) pour écrire ne serait-ce qu’un début d’ébauche de texte de chanson. Hurler en boucle « Tu te trompes », « Je te cherches » ou « Mauvais garçon » ne suffit pas à faire un tube, même avec le soutien de Rock ‘n Folk et de son rédacteur en chef.


Revenez quand vous voulez… après avoir pris le temps de grandir, de passer votre bac (d’abord) et d’apprendre à écrire des morceaux.

En tout cas, le public de la Coopérative de Mai, ne s’y est pas trompé : à peine 100 personnes (dont 1/3 quittera la salle après deux morceaux des Naast, c'est-à-dire au bout de 3 minutes 50), une froideur bienvenue pour accueillir le groupe, le minimum syndical pour les applaudissements… Même les deux adolescentes et leurs appareils photo/caméscopes branchés du début à la fin du concert semblent avoir constaté une différence flagrante entre ce qui était écrit dans une certaine presse et ce qu’elles avaient devant les yeux… Un Tri – om – phe donc ce concert des Naast ! Revenez quand vous voulez… après avoir pris le temps de grandir, de passer votre bac (d’abord) et d’apprendre à écrire des morceaux. Ah, j’allais oublier, une dernière chose : Clod Naast, tu crois ressembler à Vince Taylor avec ton look cuir/lunettes noires ? Et bien, on est loin du compte pour arriver ne serait-ce qu’à la cheville de ton modèle, tu ressembles juste à un mix ringardissime entre Eddy « Shmoll » Mitchell et Dick « Est-ce que tu le sais ? » Rivers… C’est bien risible et tout à fait à l’image de ton groupe, les Naast. Ou devrais-je dire les Nazes ?


A lire également, une chronique du concert des Naast au Triptyque en décembre 2005.

Sites Internet : www.naast.fr, www.myspace.com/lesnaast, www.source-etc.com, www.lacoope.org.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 18/11/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire