09/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 08/12/2019 à 14:58:56
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Morrissey

+ Girl In A Coma
La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
mercredi 16 janvier 2008

Morrissey à la Coopérative de Mai, l'événement de l'année 2008, dès le 16 janvier ? En bonne forme, l'ex chanteur des Smiths s'est en effet arrêté le temps d'un concert - trop court, à peine une heure dix – dans la salle de concert située au pieds des volcans d'Auvergne... Dans ce lieu inédit pour lui - de la région, il ne connait que l'eau de Volvic -, Morrissey a effectué un tour de chauffe plutôt convaincant avant une série de dates à Londres et un retour en France, à Paris à l'Olympia pour promouvoir son Greatest hits.

Girl In A Coma : où comment réconcilier en un claquement de doigts le punk, la pop et les années 50...

Juste avant ce beau moment de communion entre l'icône pop et le public clermontois, ceux qui étaient arrivés à l'heure ont pu assister à une première partie qui ne restera pas longtemps dans ce rôle : Girl In A Coma, from San Antonio, Texas, un power trio féminin impressionnant. Entre Pixies, Breeders, Nirvana, Roy Orbison, Morrissey, The Smiths et Sleater Kinney, les trois américaines emmenées par une brune chanteuse/guitariste charismatique (au look digne d'un film de Russ Meyer) évoluent entre pop songs truffées d'épines de cactus, grunge rock acéré et ballades fifties aux mélodies enchanteresses. C'est accrocheur, varié, sexy et marquant... Girl In A Coma compose des titres immédiats qui réconcilient en un claquement de doigts le punk, la pop et les années 50. Si les parties vocales et guitaristiques restent sobres et près de l'os comme elles le sont actuellement (en évitant le syndrome ballon de baudruche à la Muse), ce groupe peut aller très loin...

Morrissey : une voix en or, des compositions inoxydables et des mélodies captivantes...

Précédé par des projections des oeuvres de ses héros (Sacha Distel, The New York Dolls, James Dean, Vince Taylor, Brigitte Bardot etc) sur un écran géant, Morrissey arrive sur scène en toute simplicité et en même temps que ses musiciens tirés à quatre épingles... Dès le premier titre, c'est le bonheur : l'interprétation magistrale du superbe titre des Smiths – Stop me if you think you've heard this one before suffit pour plonger dans l'ambiance et apprécier le show à sa juste valeur. Son attitude trop maniérée, ses presque cinquante ans, ses récentes déclarations fort discutables et les limites (très relatives) de son groupe n'empéchent pas Morrissey d'emporter le morceau avec sa voix en or, ses compositions inoxydables et ses mélodies captivantes... Le Moz et son gang enchainent les titres avec classe et conviction, recevant une bonne dose d'amour de la part du public à la fin de chaque saillie pop/rockab. Sur quelques titres, le bassiste, excellent, empoigne en effet une contrebasse du meilleur effet, donnant de bienvenus atours rétros et fifties. Sur d'autres, le combo se la joue « rock musclé », ce qui choque un peu les fans des Smiths (qui feront les vierges effarouchées et les blasés à la fin du show), mais évite de sombrer dans le hard rock. Le groupe de Morrissey n'est pas du niveau de The Smiths, la belle affaire, on avait remarqué ! Cela étant dit, la troupe clôt son concert avec un How soon is now ? (un extrait de Meat is murder) qui emporte tout sur son passage, à l'image de l'heure de rêve que l'assistance vient de passer. On s'attend à des rappels fleuves puisque Morrissey revient avec une nouvelle chemise - n'est ce pas lui le "Last Of The Famous International Playboys ?" - quelques instants après. Et bien non : après First of the gang to die les lumières se rallument, laissant un goût d'inachevé à ces très beaux instants. Morrissey a tout compris au show business ; en laissant son public énamouré légérement sur sa faim, il sait que celui-ci voudra revenir le voir la prochaine fois...

Set List :

Stop Me If You Think You've Heard This One Before
Last Of The Famous International Playboys
Billy Budd
Sister, I'm A Poet
The Loop
The National Front Disco
That's How People Grow Up
Why Don't You Find Out For Yourself ?
I'm Throwing My Arms Around Paris
Death Of A Disco Dancer
Irish Blood, English Heart
The World Is Full Of Crashing Bores
All You Need Is Me
Jack The Ripper
Stretch Out And Wait
I Just Want To See The Boy Happy
You Have Killed Me
Life Is A Pigsty
How Soon Is Now ?

First Of The Gang To Die

Sites Internet : www.myspace.com/morrissey, www.morrisseymusic.com, www.myspace.com/girlsinacoma, www.morrissey-solo.com, www.lacoope.org.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 18/01/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire