07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Heavy Trash

+ The Sadies
La Maroquinerie (Paris)
dimanche 27 janvier 2008

Face au charismatique Jon Spencer, inutile de résister : l'espace et le temps n'existent plus. Personnage atypique, voire unique, il charme, impressionne et terrasse tout un chacun, à l'occasion de chacune de ses prestations live.
Le passage d'Heavy Trash à la Maroquinerie était l'occasion de se remémorer 11 soirées ébouriffantes passées en compagnie du fondateur de Pussy Galore, de Boss Hog, du Jon Spencer Blues Explosion et, enfin, de Heavy Trash.

(1997 - Nantes) - Premier contact timide avec le JSBX, le trio vient de publier Now I got worry, un album sauvage, très primitif : la salle est comble mais distante, les New-Yorkais ne se lâcheront pas complètement. On ne voit pratiquement que Jon évidemment, mais Judah Bauer sait tirer son épingle du jeu, de temps en temps.
(1998 - La Cigale) - Féru de bluesmen légendaires, Jon nous fait (re)découvrir André Williams qui assure la première partie. Le vieux est génialissime, à la fois crooner, lubrique, sale gosse et rocker, il conquiert le public sans difficulté. Le JSBX n'a plus ensuite qu'à enfoncer le clou, avec un de ses meilleurs sets. Speedé, jouant sans effectuer de pause entre chaque morceau, Jon termine le show, en se roulant à terre, la tête enfoncée dans la grosse caisse !
(1999 - Benicàssim) - En plein coeur du plus grand festival pop ibérique, le trio parvient à attirer, sur la grande scène, même les plus accrocs à l'électro : il faut dire qu'il a publié Acme -son meilleur album- où il tente, avec succès, des incursions vers les bidouillages et autres samples. Jon Spencer en profite pour donner une leçon de thérémine (instrument du type ondes Martinot), à tous les apprentis Dj's.
(2000 - La Maroquinerie) - après 5 années de "sommeil", Boss Hog a publié Whiteout. Petite merveille de pop intelligente, avec Cristina Martinez au chant : le couple Spencer/Martinez fonctionne à la perfection, même si Jon, légèrement en retrait sur scène, semble par moments, trépigner !
(2001 - Evreux) - Alors que les membres de The (International) Noise Conspiracy viennent de subjuguer les festivaliers du Rock Dans Tous ses Etats en confirmant qu'ils sont l'un des 3 meilleurs groupes de scène au monde, le JSBX doit enclencher le turbo pour tenter de surpasser la prestation des suédois : bilan : deux shows exceptionnels !
(2002 - Mains d'oeuvres) - Plastic Fang est encore en cours d'enregistrement. Le groupe est sur Paris, visiblement pour une quinzaine de jours. Il souhaitait jouer dans un bar, il optera finalement pour la petite salle située à Saint Ouen, le concert surprise étant annoncé sur Internet, le jour même. La prestation devant 200 privilégiés sera inoubliable. Ce sera, d'ailleurs, la dernière date du trio dans des conditions aussi intimes.
(2002 - Trabendo) - Non seulement, le JSBX ressuscite les vieilles gloires, mais il parraine également les jeunes pousses de Big Apple : ce soir-là, les Yeah Yeah Yeahs démontrent qu'il faudra compter sur eux (le récent Show your bones confirme ce pressentiment). Les parrains Simins, Bauer et Spencer délivreront un concert bien rôdé, désormais, enchaînant titre sur titre plus furieux les uns que les autres et toujours sans temps mort.
(2004 - Evreux) - Adepte des tournées européennes réalisées en un minimum de temps (c'est à dire en jouant tous les soirs), le dorénavant Blues Explosion boycotte Paris et jouera dans la salle de l'Abordage, qu'on aurait cru, l'espace de quelques heures, transformée en un CBGB's rural. Les Soledad Brothers avaient soigneusement excité les 500 personnes présentes, afin que le BE achève les survivants, tous consentants.
(2005 - Dour) - Programmé en plein après-midi, le trio n'est plus que l'ombre de lui-même, ce jour-là en tout cas. Aucune communication entre les membres, aucun regard, tout le monde est en pilotage automatique : quoi qu'il en soit, même dans ce contexte, Jon est largement supérieur à la moyenne, le show délivré sera très bluesy.
(2005 - Nouveau Casino) - Jon Spencer a pris tout le monde de court, un album de Heavy Trash a atterri dans les bacs et propose un "mélange de guitares sales et de mauvais rêves à des ballades meurtrières". De surcroît, il s'est associé avec le gominé Matt Verta-Ray. Ils délivreront un show hors du temps.
(2006 - Dour) - Près d'un an, après un passage sur la même scène, Jon Spencer sourit, échange avec ses musiciens et "transpire toujours la passion". Heavy Trash confirme qu'il a trouvé sa vitesse de croisière. Bluffant.
(2008 - La Maroquinerie) - On ne sait pas quel âge a Jon Spencer, mais une chose est sûre : plus il vieillit, plus il se bonifie. Accompagné des efficaces Sadies, Heavy Trash proposera près de deux heures de rock'n'roll, où chaque note jouée effleurera la perfection.
Heavy Trash est annoncé à Nantes début avril...

Album recommandé : JSBX - Acme

Prochains concerts conseillés à la Maroquinerie :
le 31/01 : Hey Hey My My
le 8/02 : Okkervil river (du 8 au 15/02 - festival "Les nuits de l'alligator")
le 10/02 : Alamo Race Tack
le 12/02 : The Sweet Vandals & Buck 65
le 13/02 : The Willowz & Bob&Lisa
le 15/02 : Vic Chesnutt
le 19/02 : Gutter Twins (feat Mark Lanegan & Greg Dulli)
le 22/02 : Idaho
le 27/02 : Andre Williams & Flash Express

 




www.myspace.com/heavytrash
www.lamaroquinerie.fr
www.radical-production.fr

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 28/01/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire