07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Pluramon feat. Julee cruise

+ 21 Love Hotel
Divan du Monde (Paris)
mercredi 20 février 2008

Après John Parish en novembre dernier, Alexander Hacke (d'Einstuerzende Neubauten) en janvier, les parisiens 21 Love Hotel invitaient au Divan du Monde pour sa troisième soirée, le groupe allemand Pluramon, accompagné par l'égérie de David Lynch, Julee Cruise ! Soit la voix ensorceleuse et orgasmique de la BO de Blue Velvet et plus particulièrement de la cultissime série Twin Peaks. Elle figure également sur les albums récents de Pluramon.

La soirée commencera par le show des 21 Love Hotel, très à l'aise sur scène. On se serait cru dans leur salon ! Leur musique mélange rock cabaret (on pense évidemment aux Bad Seeds), et ambiance vocale style Portishead, le tout sous une luminosité bleuté et enchanteresse. Mené par la voix magique et joliment feutré de Clémence, habillée d'une robe de soirée un peu rétro, 21 Love Hotel possède énormément de classe. Alternant chant et piano, Clémence, le sourire aux lèvres, charme le public. Les 3 garçons vêtus en noir et blanc (guitare, contrebasse, batterie et accordéon), semblent prêts à faire l’acteur dans la série Les Incorruptibles ou à être Paul Newman dans L'arnaque ou Al Pacino dans Scarface. L’ensemble donne une prestation raffinée et très musicale. A chacun de ses concerts au Divan, 21 Love Hotel invite un artiste ou groupe pour faire un bœuf... Après Petit Vodo, Jack The Ripper, c’est Julie Bonnie (ex. Cornu et Forguette Mi Notte) de lancer la note avec son violon. Une fois de plus la magie s'opèrera ! 21 Love Hotel, en vrai groupe de scène, relève chacun des challenges ou défis, qu'il se fixe. A voir absolument.

Changement radical de style avec Pluramon. La musique de ce trio oscille entre noise et électronique. Les guitares se font "mur sonique", pour retenir le brouillard pop. On pense à My Bloody Valentine et Boards Of Canada, pour ce son aérien où aucune note n’est joué plus fort l’une de l’autre. Rien ne dépasse, tous les sons sont au même niveau. Après 20 minutes de noisy pop mélodique, idéale pour le rêve psychédélique, arrive sur scène Julee Cruise. Son style (dans l’apparence) contraste avec Pluramon, qui semblent très réservés et concentrés sur leur musique. Julee Cruise, elle, joue au contraire sur l’exubérance. Elle pourrait jouer dans la série Dynasty (sa coupe de cheveux !) ou sur une scène de Broadway (sa robe à paillette noire). Complètement défoncée (à l’héro ?), sa voix restera malgré tout magnifique. Noyé dans les vapeurs sonores de Pluramon, le timbre de sa petite voix enfantine et frêle charme, nous enveloppe et nous fait rêver. On a envie de fermer les yeux, de laisser défiler les images mystérieuses extraites d’un film imaginaire de Lynch (normal !). Belle et harmonique, on aimerait que cette musique ne s’arrête jamais. Parfois les gestes de Julee Cruise sont ridiculeusement kitsch (la star déchue ?), mais on lui pardonne tant sa voix est magnifique. On en frisonne. Une superbe soirée, aux sonorités idéales pour apprécier l'hiver.




www.myspace.com/21lovehotel
www.myspace.com/pluramon

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 28/02/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire