19/08/2019  |  5224 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/08/2019 à 16:59:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Black Lips

+ Cheveu
+ The Weakends
La Maroquinerie (Paris)
vendredi 11 avril 2008

Black Lips : le groupe hype de ce printemps 2008 ? Soutenu par le magazine gratuit et tendance Wise, le buzz sur Black Lips fonctionne à merveille. Le public se déplace en masse dans l’espoir de voir ce groupe d'Atlanta vomir ou uriner et ainsi peut être avoir le privilège de pouvoir repartir avec une photo trash, voire un petit reste de gerbe que l’on pourra glisser dans un petit sachet-souvenir. Trêve de buzz ! Ils nous ont épargnés ces "fantaisies", au cours de leurs deux dates en France (Paris et Marseille, mais ici pas de gueguerre entre footeux !), dont un concert parisien affichant complet, soit 500 personnes assidues !

Le public en ébullition accueille avec les honneurs l'arrivée du groupe sur scène. Habillé façon teenager au collège et moustache rétro époque 1905, le groupe à peine accordé et c’est déjà l’émeute dans la fosse humaine et sur scène. Dès les premiers riffs, le service d’ordre a du souci à se faire pour éviter les débordements. Filles comme garçons : ça bouge des hanches, ça slame, ça lève les bras et cela va durer ainsi pendant tout le concert. Il faut dire que le style musical des Black Lips est une magnifique fusion de pop à la Beatles, de punk à la Clash et de rock garage le plus insolent. L’ensemble est très dansant et festif. Nos gugusses dégagent une énergie, une folie juvénile à faire frémir les rockeurs les plus blasés de 7 à 77 ans. On a beau avoir vu des centaines de concerts, un groupe du calibre des Black Lips, ça rend " tout chose" et tout "béat". Chez eux le mot "live" prend tout son sens. Il faut signaler qu'ils sont bien rodés avec plus de 300 concerts donnés par an.

Quel contraste de voir deux jours plus tard dans le même lieu le groupe multi-instrumentiste A Silver Mt Zion (show également complet) jouer devant un public sage, très studieux, voir un peu intello, mais ceci est une autre histoire ! Avant la performance des Black Lips, deux groupes Français ont ouverts les hostilités. The Weakends propose un rock garage assez honorable, tandis que Cheveu surprend. La particularité du trio est de ne pas avoir de batteur, ainsi la guitare et les synthés vintages et bricolés (assemblés avec du scotch noir) donne une tonalité proche des pionniers Suicide. Le son est brut, limite mono ou bien pastiche les effets "grésillement FM entre deux stations de radio". Mais proposant toujours ce blues qui fait de Cheveu un groupe plus rock qu’indus. Leur premier album (sur Born Bad - le label des excellents Frustration) est chaudement recommandé. Pour finir cette chronique, encore un merci à Black Lips pour ce grand moment live. C'est ce genre de groupe qui nous rappelle pourquoi on aime tant le rock, même après 25 ans de fréquentation de salles obscures et de festivals sous le pluie ou sous un soleil de plomb...

A lire : la chronique de l'album Good bad, not evil




www.myspace.com/theblacklips
www.myspace.com/cheveu
www.lamaroquinerie.fr

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 15/04/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire