20/05/2019  |  5193 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/05/2019 à 17:50:59
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
James Taylor Quartet

+ Stereoscope Jerk Explosion
Le Jam (Montpellier)
samedi 6 mars 2004

Ça groove à Montpellier

Las de dire qu'il n'y avait rien à faire sur Montpellier en dehors des soirées techno ou Erasmus, l'équipe du magasin de rare vinyles COSMIC GROOVE se lance dans l'événementiel !
Car il s'agit bien d'un événement que de faire venir des pointures de la soul et du groove : Sharon Jones cet automne, James Taylor Quartet cet hiver !
Et on me dit à l'oreille que le printemps sera aussi fameux (Big Boss Mann le 28 mai) !
Le concert de James Taylor Quartet, ce samedi 6 mars, était complet : cachée à l'entrée, je regardais avec curiosité et nostalgie les têtes de ceux qui avaient leur petit ticket rose et orange : de vieux mods pas si vieux, quelques punk trojans en Fred Perry, mais aussi des gens de tous horizons venus voir que l'acid jazz est plus qu'une mode et un label ; surtout lorsqu'il est servi par un orgue Hammond !
La salle du Jam (nom qui n'a rien à voir avec l'ancien groupe de Paul Weller mais qui est du meilleur effet !!) était vidée de ses chaises, et les quelques sièges récalcitrants ont été enjambés pour venir danser devant la scène !
Oui devant et même à la fin dessus !
En première partie, un bon apéro avant James Taylor : le STEREOSCOPE JERK EXPLOSION (formation du Sud-est de la France, moitié Cryptones moitié Strawberrry Smell) avait préparé des morceaux gourmands pour les gourmets inspirés du répertoire mod-psychédélique, avec une reprise sympa de Nino Ferrer, je vends des drogues, et autres petites sucreries.
Puis James Taylor est arrivé avec sa bande (plus qu'un quartet ! une chanteuse black, un trompettiste, un bassiste, un flûtiste, un batteur et lui à l'orgue!) et a alterné morceaux 60's70's pur jus comme les thèmes de Blow up, Starsky and Hutch ou Mission Impossible avec des morceaux plus disco-funk rythmés par la voix d'une chanteuse à la voix très sexy.
Le maître de l'orgue Hammond 60's, fils spirituel de Herbie Hancock, organiste du mythique groupe garage power-pop anglais The Prisoners, aujourd'hui participant à la B.O. d'Austin Powers, a réconcilié amateurs de jazz, amateurs de soul et amateurs d'easy-listening.


www.cosmicgroove.fr
www.lejam.com
www.jtqgroove.com

auteur : Dj Les Filles - djlesfilles@foutraque.com
chronique publiée le 07/03/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire