23/05/2019  |  5195 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2019 à 08:15:03
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Puppetmastaz

Nouveau Casino (Paris)
jeudi 27 novembre 2008

Les célèbres marionnettes du hip-hop, étaient en ville pour 3 soirées et c’était... complet. Ils sont en route pour dominer le monde. Bientôt tous les Terriens développeront le syndrôme du type « On a tous une marionnette cachée en nous ». Et pour reconnaître dans la rue, l’humain converti à la Puppetmastazmania, il suffira de constater qu’il porte un t-shirt à l’effigie du groupe (leur merchandising est impressionnant et très coloré : au moins une dizaine de modèles différents), ou s’il a, dans la main, une petite marionnette qu’il agite avec un air un peu débile.

Alors pour conquérir notre sol, les muppets sont en tournée dans les salles du Monde entier. Ils arrivent sur scène dans un œuf géant, pour remporter avec eux les humains qui désirent les suivre. Est-ce l’œuf qui a créé le muppet ou est-ce le muppet qui a créé l’œuf ? Là n’est pas la question, c’est totalement hors sujet. Lors du premier concert Parisien, les humains sont jeunes, ont la peau blanche, ont un look baggy/rave/dub/ragga, portent parfois des dreads, sont prêts à fumer des décibels et à rouler des beats hip hop old school. Trop cool man ! Voilà pour la salle. Sur scène, égaux à eux même les Puppetmastaz, alternent, installés sur une sorte de pupitre (limite dictateur), musique et déclarations politiques. Ils gesticulent comme des damnés, vêtus de leurs tenues Adidas vintage et de vêtements/déguisements trouvés chez des fripiers.

Le monde animalier (taupe, lapin, chien, grenouille, rhinocéros, serpent…) que compose la Puppetmastaz familia a de l’énergie, parle beaucoup et avec son côté insolent, délure le public. C’est la bonne ambiance garantie. Quelques jets d’eau, de la part des muppets sur le public et cela devient sur le sol une vraie patinoire. Une situation idéale pour s’envoyer en l’air, les bras vers le ciel. A trois reprises pendant le show (mais pas encore un spectacle à l’Américaine, les moyens ne sont pas illimités pour le moment), les muppets retournent dans leur monde et laissent leurs marionnettistes vêtus de perruques afros, prendre possession de la scène pour eux aussi chanter le hip-hop à la cool. Esprit bon enfant, 100% efficace, la musique de nos Allemands fonctionne comme une évidence. Carrés, mélodiques, les tubes et les slogans pulsent à font et le public en redemande. Après deux rappels, le show s’achève en fêtant l’anniversaire du leader des muppets, le distingué Mr Maloke. Enfin à noter en invité surprise, l’apparition d'Elvis en muppet (seulement sa tête, pour faire le corps il aurait fallu trop de tissu !). Le King nous chante un morceau rock (normal) mais il n’arrivera pas à le chanter jusqu’au bout, se faisant éjecter par les autres muppets. C’était une soirée hip hop, et pas rock, non mais ! Fans de hip-hop, d’électro, de ragga et du Muppet Show, n’hésitez pas à courir voir les futurs masters of the world !

A lire la chronique du dernier album : The Takeover




www.myspace.com/puppetmastaz
www.nouveaucasino.net

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 03/12/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire