23/05/2019  |  5195 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2019 à 08:15:03
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
The Black Angels

Elysée Montmartre (Paris)
lundi 8 décembre 2008

A peine remis de leur passage à Rennes à l'occasion des 30èmes Transmusicales, les Black Angels continuaient leur tour de France avec un passage dans le quartier chaud et touristique de Montmartre/Pigalle. L’Elysée Montmartre qui a fêté ses 200 ans en 2007 est un ancien local de sport où se déroulaient jadis des combats de catch, ce lieu a aussi été témoin de la naissance du french cancan. Depuis 20 ans l'Elysée, achetée par le tourneur Garance Productions, est dédié à la musique. Les concerts y commencent tôt et s'achèvent dès 22h30 pour ne pas déranger le voisinage ! Donc il vaut mieux que le groupe n’ait pas de retard sur le timing calé à l'avance. Comme les travaux pour insonoriser le lieu coûtent une fortune, on en reste là : les banlieusards et les provinciaux n'ont qu'à prendre une journée RTT pour arriver à l'heure.

C’était le 3ème passage des Black Angels à Paname : une première partie des Black Keys en mars 2007 à la Cigale, (45 minutes avec un tout petit son), une Maroquinerie en mai 2008 (500 places) et passait à la vitesse supérieure en accueillant 1 200 places. On en arrive donc au concert. Il est clair que Black Angels n’a pas inventé la poudre, mais ils savent bien s’en servir (peut être même qu’ils en prennent -sic-). Leur psyché rock est certes très référencié (Doors-Pink Floyd-Velvet Underground), avec aussi un soupçon de Joy Division dans la voix. Mais voilà : ils ont des « putains » (je sais c’est facile quand on est à côté de Pigalle !) de bons morceaux qui trottent dans la tête et les jambes. Leur musique mélange efficacement rock sous acide et mélodies planantes à géométrie variable. C’est le pur voyage à la fois sous trip, mais aussi en cinémascope donc idéale pour la BO d’un road movie. A ce titre, leurs 2 albums sont vivement recommandés. Par contre, la version vinyle de Direction to see a ghost  coûtait malgré tout 35 euros. La raison : c'est un triple LP tiré à 1 000 exemplaires, enveloppé dans une magnifique pochette psyché, avec à l'intérieur un poster et un autocollant. Donc il n'y en aura pas pour tout le monde !

Sur scène, même si les versions restent fidèle aux albums, (à ce sujet, on aimerais les voir un peu plus déborder vers des impros et des continents non explorés, surtout que ce style musicale peut ouvrir des portes vers des délires colorés), on est malgré tout transporté. Il faut dire que leurs morceaux sont irréprochables, c’est « du lourd » dans tous les sens du terme. Ils font pleins d’effets sonores avec leurs instruments « leurs joujous ? », et le chanteur Alex Maas a une voix étonnante, proche de celle de Jim Morrisson. Sa voix donne la chair de poule. Là-dessus un petit éclairage, histoire de nous mettre dans l’ambiance et c’est top nickel pour le bon trip à la fois sonique et visuel. Le groupe a le look de l’emploi : cheveux long, barbe, chemises à carreaux et jeans. La petite particularité, c’est que le batteur est une batteuse, et elle (Stéphanie Bailey) se défend admirablement bien. Sa force de frappe fait un peu penser à Maureen Tucker pour son côté, rythme répétitif. Bref la grande classe. Les membres des Black Angels aiment la polyvalence. Ils s’échangent donc à longueur du show, leurs matos comme si c’était la roulette russe. Ainsi les titres se suivent et enveloppent l’espace de la salle « non fumeur », et c’est magnifique. Par contre petite déception, une fois de plus ils n’ont pas joué le magistral Call To Arms, qui serait pourtant un excellent titre en live.

Maintenant la question est de savoir si pour leur prochain LP ils joueront dans une salle encore plus grande tel que le Zénith, où s'ils vont retourner dans les bonnes caves/sous-sols des bars. Une aventure à suivre. L’année 2008 aura décidément été très seventies. Voir par exemple les chroniques des concerts suivants : (Vetiver, Brian Jonestown Massacre, Black Mountain, The Willowz, Dead Meadow). Alors que nous réserve 2009 niveau son ? Prière de rester connecter sur Foutraque.com...




www.myspace.com/theblackangels
www.radical-production.fr

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 09/12/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire