23/05/2019  |  5195 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2019 à 08:15:03
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
The Elderberries, The Barbed Wire Brothers, Araban (Fête de la Musique 2009)

Le Bikini (Clermont-Ferrand)
dimanche 21 juin 2009
Juste après la communion angélique avec la folk music dans l’église de Montferrand, place à la musique du diable, le rock ‘n roll, sur la terrasse du bar Le Bikini pour la fête de la Musique. Au menu : le surf ‘n roll bohême d’Araban, le country ‘n roll jouissif des Barbed Wire Brothers et le heavy rock infernal des Elderberries… De quoi passer une fin d’après-midi absolument réjouissante dans une ambiance sympa, conviviale et franchement rock.

Araban : rythmé, sauvage et enthousiasmant !

Il y a beaucoup de monde sur la terrasse du Bikini, la grande famille du rock ‘n roll s’est réunie à la bonne franquette pour vouer un culte à sa musique préférée… Le but avoué des groupes est d'essayer de couvrir les bruits de techno de supermarché émanant des deux bars d’à côté, lieux sans âme fréquentés par de sinistres étudiants en école de commerce (beurk !). Ceux là mêmes – qui, non contents d’accueillir l’infect Brice Hortefeux à bras ouverts pour des conférences où l’on apprend à entuber le bas peuple – écoutent de la musique de m… à longueur d’année. Chacun ses goûts, mais y’ des limites quand même ! Fin de la parenthèse. Sur ce, Araban déboule et peine à atteindre immédiatement son rythme habituel de croisière. Normal, il est tôt, il fait jour, la température est relativement élevée (on est à Clermont-Ferrand, hein !), la plupart des gens sont assis et les musiciens ne sont pas des machines. Et puis rapidement, l’atmosphère festive aidant, Araban muscle son jeu et commence à dérouler avec classe et virulence son set de surf rock ‘n roll gitan. C’est rythmé, sauvage et enthousiasmant, entraînant le désir de hurler des onomatopées hystériques à la cantonade ; en tout cas, c'est vraiment l’idéal pour commencer à se mettre dans l’ambiance et envoyer valser les clichés nauséabonds sur la fête de la saucisse, sortie annuelle des gros beaufs fans de Johnny. Ici, au Bikini sous le patronage bienveillant d’Olivier (un charmant fan des Cramps et de… Rammstein slammant plus vite que son ombre et sachant accueillir les groupes et les clients comme il se doit, ce qui n’est pas si fréquent… ), la musique tiédasse et chiante n’est pas acceptée… Et c’est pour ça qu’on y vient si souvent avec grand plaisir !

The Barbed Wire Brothers, "Yeepah !"

On enchaîne juste après avec un autre excellent groupe, The Barbed Wire Brothers, un combo de country rock foutrement doué avec deux Araban dedans, mais aussi un Stetson, un membre du Bikini Crew et un Didier Veillauts pour l’occasion. Bloqué par un démarreur récalcitrant, le contrebassiste est en effet remplacé aujourd’hui au pied levé (et haut la main) par le batteur, Matt "Dead Brides" Veillaults se chargeant quant à lui de battre le rythme avec sa classe coutumière. Avec une caisse claire, un banjo, deux guitares électriques, une basse et un micro, ces gars-là arrivent à faire croire au public qu’il est aux Etats-Unis à une fête Country & Western. Mais la troupe admirablement branque a également pris soin de mettre une bonne louche de rock ‘n roll dans sa country, provoquant une belle envie de pousser des "Yeepah !" de joie et des achats de panoplies complètes de poor lonesome french cowboy. Avec les excellents morceaux de leur propre répertoire – plus quelques reprises (Johnny Cash) – chantées avec un accent de bouseux américain à couper au couteau, les Barbed Wire Brothers donnent envie d’enfourcher illico presto un canasson pour sillonner le far West du Puy de Dôme : le Parc Régional des Volcans d’Auvergne. L’énergie, la joie de vivre et l’humour qui se dégagent de la musique de ce groupe sont un véritable bonheur. Un bonheur disponible dans votre salon avec leur excellent premier "neuf titres" désormais en vente libre (et bientôt chroniqué ici-même)…

The Elderberries au Bikini

La fête de la musique au Bikini se termine par un concert tonitruant, décontracté et hyper rock ‘n roll des Elderberries… Le houblon a coulé à flots dans les rang du public (les vieux rockers commencent à gueuler comme des maniaques, c’est bon signe) et des musiciens, ce qui permet à tout le monde de se lâcher franchement. Les titres des deux albums des Elder sont joués façon blitzrieg heavy rock avec moult cris de Bon Scott/Josh Homme, riffs servis bien saignants, rythmiques teigneuses et solo de guitare dégoulinants de distorsion. Pour être concis, ça rend tout simplement super heureux de voir les Elder s’éclater comme des gamins à ferrailler un bon vieux hard rock ‘n roll des familles. Le public, aux anges et arborant une maxi et unanime banane, apprécie la déferlante de titres supersoniques entre heavy rock et rock stoner : I wanna Bit, Lost My Way, It Doesn’t Really Matters, Hellphone, White Heat, Little House… Le groupe se sentant comme à la maison, les sourires arborés et la joie de jouer font réellement plaisir à avoir ! Fête de la musique oblige, l’assistance a même droit à deux reprises jubilatoires et improvisées (car plus interprétées sur scène depuis longtemps) d’AC/DC : Let There Be Rock et Whole Lotta Rosie. Encore de belles occasions de vociférer comme un beau diable et de faire rugir les instruments. Le concert se termine par l’excellent et tant attendu titre Au Bikini, dédié de manière sincère et enthousiaste au tenancier de cet estanco, qui se fend en retour d’un "Thank you" de circonstance. Merci aux groupes pour les concerts aussi gratuits que généreux et longue vie au Bikini, définitivement le meilleur bar de Clermont-Ferrand !

Sites Internet : www.myspace.com/theelderberries, www.myspace.com/thebarbedwirebrothers, www.myspace.com/arabanband.

Photos : Jean-Charles Belmont (jeancharlesbelmont@gmail.com, 06 64 38 48 11)



auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 28/06/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire