21/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/07/2019 à 22:02:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Peter Walsh Of The Apartments, 49 Swimming Pools, Jim Yamouridis et Seb Martel

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
jeudi 12 novembre 2009
Soirée pop "réservée exclusivement aux puristes" plutôt classe mais peu courue, avec en tête d’affiche Peter Walsh du groupe The Apartments et en premières parties, 49 Swimming Pools et Jim Yamouridis en duo avec Seb Martel… Comme à chaque fois que l’affiche est un petit peu "difficile" à la Coopérative de Mai, il y a très peu de monde et de nombreux invités ont été convoqués pour éviter les courants d’air dans la salle, version Club.

Jim Yamouridis et Seb Martel

Cette soirée initiée par Emmanuel Tellier (ex Les Inrocks, désormais à Télérama, leader de 49 Swimming Pools et grand fan de The Apartments) commence par une très bonne prestation du songwriter folk rock Jim Yamouridis, superbement accompagné par la guitare libre de Seb Martel. La très prenante voix grave de Mr Yamouridis, ses mélodies insidieuses, ses textes poétiques et ses arpèges de guitare sèche étaient réellement faits pour rencontrer Mr Martel et son sens de la note électrique jouée au bon moment, sans en rajouter. L’alchimie entre les deux musiciens est si saisissante qu’on les sent vraiment en totale communion, sur la même longueur d’ondes pendant la totalité de ce très moment passé en commun. Chose rare pour une première partie, le duo obtient une très enthousiaste demande de rappel. Demande suivie d’effet, à la grande joie de l’assistance…

49 Swimming Pools

Juste après, le groupe 49 Swimming Pools propose un set carré et professionnel mais n’arrivant pas à faire briller la flamme de l’émotion. Même si certains titres font plutôt bonne impression, il faut avouer que l’ennui s’installe rapidement au cours de ce concert, la faute à des parties vocales maniérées, répétitives et trop sur le fil du rasoir (un peu dans le registre aigu de Jonathan Donahue de Mercury Rev) et à des morceaux étant le plus souvent sans âme et un peu trop scolaires. Bons musiciens, il semble que les membres de 49 Swimming Pools peinent à composer des titres originaux et captivants.

Peter Walsh of The Apartments

49 Swimming Pools, ayant commencé à vider la salle, pourtant déjà peu remplie, Peter Walsh du groupe The Apartments se présente devant une assistance que l’on qualifiera de confidentielle. Auteur d’albums mythiques pour une poignée d’exégètes de la chose pop (ce soir, il y en a… dix, qui hurlent leur joie communicative entre les morceaux), notre homme semble las, désabusé et un peu en délicatesse avec sa voix (qui évoque par certains côtés celle de Johnny Thunders), beaucoup moins marquante que sur les enregistrements de The Apartments. Affublé de lunettes noires et d’une veste en cuir, cet incurable romantique restera assis, presque prostré sur sa chaise, se "contentant" de chanter et de s’accompagner à la guitare. Pour les novices (dont nous faisons partie), ce concert sera une légère déception… Car si l’on ne peut pas ne pas remarquer l’exceptionnelle qualité du songwriting, la beauté des arrangements (deux guitares, un piano, une trompette) et le côté très émouvant de la voix, il faut avouer que tout cela manque de vie et sonne un peu trop éthéré et fatigué. Surtout si l’on ne fait pas partie des puristes ayant tous les albums en vinyle dans sa discothèque. On passe néanmoins un agréable moment donc, mais sans ressentir le grand frisson (à l’exception notable de quatre ou cinq morceaux immédiatement séduisants dans le style pop ligne claire à la Go Betweens). Contrairement à celles des Bats ou des Only Ones, deux groupes de "vétérans" vus cette année en concert, la musique de Peter Walsh et de The Apartments nécessite d’avoir été longuement écoutée sur disque pour être parfaitement appréhendée en live. Car si les Bats et les Only Ones proposent des chansons qui transportent en un clin d’oeil sur scène (sans qu’on ait besoin pour cela de les avoir entendues préalablement), Peter Walsh a un songwriting plus difficile d’accès… Une impression sans doute renforcée par un manque flagrant de pratique scénique, l’homme – discret et taciturne, même si visiblement touché par l’accueil chaleureux qui lui est réservé – étant du genre à éviter les salles de concerts le plus souvent possible. Merci à lui d’avoir fait une petite exception pour ces trois dates françaises. Car ce concert sans prétention et un peu mou du genou nous a quand même donné une belle envie de nous plonger sérieusement dans la discographie de son groupe, The Apartments

Sites internet : www.myspace.com/theapartments, www.myspace.com/49swimmingpools, www.myspace.com/jimyamouridis, www.lacoope.org.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 24/11/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire