16/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/07/2019 à 16:47:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Akron/Family, Bolik

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
dimanche 15 novembre 2009

Dimanche 15 novembre, aux alentours de 22h30, difficile de redescendre après les concerts de Bolik et d’Akron/Family à la Coopérative de Mai de Clermont-Ferrand… Après une très bonne première partie assurée par les Clermontois de Bolik (dans un style pop/rock déjantée ayant musclé son jeu), le set pop/folk/rock/électro/world stratosphérique des Américains hallucinés d’Akron/Family a en effet provoqué un décollage collectif du (maigre) public. Vers un ailleurs paradisiaque et bien drogué…

Bolik, Emmené par un "Stakhanov de l’introspection" au chant, à la guitare et à l’orgue, le groupe délivre un set impeccable.

Mais commençons par le commencement : avant le passage de la comète Akron/Family, l’étoile Bolik avait brillé de milles feux… Toujours borderline en diable et sacrément original, le désormais quatuor (le bassiste a quitté le navire) fait une impression énorme dès son premier morceau, un inédit de fort belle facture sonnant déjà comme un classique. Ça rocke sévère, les guitares tranchent dans le lard, le chant – toujours joliment malade – se fait entendre de belle manière et les rythmiques ou bidouillages aux synthés déchirent.

Le chevelu percussionniste/batteur/guignol/choriste/joueur de Kazoo trépigne comme un dératé sur la gauche de la scène, et il faut presque se forcer à ne pas le regarder pour apprécier pleinement la musique. Sinon, on est trop déconcentré… Aurait-il partagé des produits illicites avec les membres d’Akron/Family dans les loges de la Coopé ? Mystère… Toujours est-il qu’après un départ tonitruant (et presque terrifiant !), il se calme un petit peu. Et l’on peut continuer à apprécier à leur juste valeur les progrès scéniques de Bolik, une machine à faire du bancal qui tient désormais debout… Emmené par un "Stakhanov de l’introspection" au chant, à la guitare et à l’orgue, le groupe déroule un set impeccable. La reprise branquignole de Syd Barrett avec Suzy des Wendy Darlings nous rappelle néanmoins que ce groupe équilibriste est toujours à deux doigts de tomber dans le précipice.

Mais juste après ce beau moment décalé (qu’il faudra juste un peu plus caler pour qu’il soit encore plus marquant), le nouveau duo avec Suzy sur Atchoum est un véritable bonheur pour les oreilles. Texte gratiné et foutraque, voix féminine et masculine se complétant parfaitement, chœurs débiles à souhaits (de drolatiques "atchoums" débités à la chaîne) : c’est un tube ! Le très bon concert de Bolik se termine par un concours d’expérimentations bruitistes et de dissonances, parfaite introduction au set à venir d’Akron/Family.

Akron/Family, Un concert rare, hallucinogène et très orienté "Hippie Woodstock".

Après les excellents Winter Family (aperçus à la Chapelle de l’Oratoire pour un concert magique), c’est au tour d’Akron/Family de poser ses valises à Clermont-Ferrand, le temps d’un concert rare, hallucinogène et très orienté "Hippie Woodstock"… Le trio guitare/ basse/batterie - où tout le monde chante et bidouille sur d’autres instruments tout en maitrisant son sujet à la perfection - attaque sa prestation avec une berceuse jouée à volume minimal.

Ils ont dû tomber dès leur plus jeune âge dans les champignons qui font planer…

Le drapeau américain détourné figurant sur la pochette de leur excellent dernier disque (Set ‘Em Wild, Set ‘Em Free) est en fond de scène avec une sorte d’énorme parapluie taillé dans des bannières étoilées (mais sans étoiles… ), les musiciens sont habillés comme en 1969/1970 (bandeaux dans les cheveux, chemises ou t-shirt hippies)... Et cela donne la troublante impression visuelle d’assister à un remake du festival de Woodstock en salle. Le son est également très typé seventies avec des guitares atmosphériques, des voix émouvantes à la Neil Young et des rythmes délicats. Le deuxième titre, quant à lui, est également psychédélique, expérimental et calme… Puis le trio communiquant ensemble par télépathie semble-t-il se lance dans un mémorable set oscillant de manière épatante entre tubes folk barrés, embardées soniques à la Neil Young & Crazy Horse ou à la Sonic Youth (justement), expérimentations psychédéliques, passages électroniques à la Kraftwerk, voyages vers les rythmes africains et concours de dissonances… Chez certains maladroits, cela pourrait être abscons et stérile, mais pas chez ces trois musiciens-là : même s’il partent très loin dans le cieux (ils ont dû tomber dès leur plus jeune âge dans les champignons qui font planer… ), ils retombent toujours sur leurs pattes, tout en n’oubliant pas d’entraîner leur public dans une folle sarabande sonore… Quel concert incroyable ! Quand ils ne dansent pas pendant les morceaux, les gens se regardent avec les yeux écarquillés, comme s’ils vivaient un moment d’exception. Et c’est bel et bien le cas, messieurs dames… En voici deux "preuves", parmi tant d’autres : complètement parti dans son trip, le chanteur guitariste vient danser longuement au milieu du public (positivement ravi par cet élan de communion), avant d’inviter un peu plus tard un jeune Clermontois à monter sur scène pour jouer de la flûte pendant les cinq minutes d'un morceau joliment barré.

Le trip Akron/Family est à vivre absolument !

Quand les lumières se rallument après cette brillante démonstration de classe, de talent pour faire voyager aussi bien l’esprit que le corps, de sens du partage et de simplicité (on peut être bien partis dans son univers et ne pas se la péter), on arbore un sourire niais de béatitude et notre cervelle - bien bousculée - est traversée par des réminiscences des jubilatoires hallucinations qu’elle vient de vivre. Le trip Akron/Family est à vivre absolument, sur scène et sur disque… Avis aux amateurs !

Sites internet : www.myspace.com/bolik, www.akronfamily.com, www.myspace.com/akronfamily, www.lacoope.org.

Photos de Jean-Charles Belmont (jeancharlesbelmont@gmail.com, 06 64 38 48 11, http://jeancharlesbelmont.blogspot.com)




auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 24/11/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire