19/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Turner Cody, James Levy, St Augustine

Le Rat Pack (Clermont-Ferrand)
mercredi 18 février 2010
Si l’on ajoute St Augustine + James Levy + Turner Cody, on obtient une très prenante soirée songwriter folk pop blues au Rat Pack à Clermont-Ferrand… C’est aussi simple que cela, pas la peine d’en rajouter.

St Augustine

Maintes fois constatée en live (pas plus tard que samedi dernier avec son copain Leopold Skin), la classe de St Augustine a encore fait des ravages en ouverture de programme. Voix aussi belle que poignante, compositions bien écrites, atmosphères joliment mélancoliques, tout est réuni pour que le nombreux public reste captivé pendant toute la durée du set. En prime, l’assistance aura la primeur de prometteuses nouvelles chansons et une jolie reprise d’un classique vintage des années 60.

James Levy

Juste après, James Levy – looké comme un Strokes en goguette : pantalon moulant et blouson cintré – fait une excellente impression avec ses folk songs très pop délivrées sur une mini guitare sonnant bien roots. Doté d’une voix d’une très grande intensité, le New Yorkais à peine débarqué de son avion – d’où un jet lag persistant – réussit en quelques chansons évocatrices à emporter le public dans son monde à lui. Ses chansons, à la fois sobres et emphatiques, sont très accrocheuses et souvent truffées de discrets clins d’oeil à des tubes addictifs ; sans les savoir écoutées une seule fois, on est rapidement conquis par la puissance émotionnelle qu’elles charrient. Au bout de quelques minutes, on ne peut s’empêcher de penser au jeune Joseph Arthur, qui nous avait bouleversé avec ses premiers concerts et disques. Avant de sombrer aujourd’hui dans une soupe folk rock FM aussi démonstratrice que fatigante. Souhaitons à James Levy de ne pas tomber dans les mêmes travers et de continuer à faire voyager ses superbes morceaux folk pop dans le plus simple appareil.

Turner Cody

En tête d’affiche, le dandy barbu Turner Cody a très rapidement démontré que ses excellents disques n’étaient pas le fruit du hasard ; comme on avait pu le constater lors de son passage en première partie de ses bons amis d’Herman Dune en 2006, son folk rock blues dylanien est extrêmement pertinent en live. Ce songwriter new yorkais auteur de deux très bons albums (le dernier en date étant intitulé Gangbusters), maîtrise l’art et la manière d’écrire des morceaux marquants, puis de les interpréter avec maestria et foi sur les planches. Parfois, on aimerait bien qu’une section rythmique vienne le soutenir sur les morceaux les plus enlevés, mais ce sera sans doute possible seulement pour la prochaine tournée… Quoi qu’il en soit, le jeu de guitare près de l’os et sobrement blues de Turner Cody, sa très belle voix grave et son contact aussi agréable que drôle (quel changement par rapport à 2006 !) sont autant de points forts qui permettent à ce concert d’entrer dans la catégorie "très beau moment". A voir sur scène…

Sites Internet : www.myspace.com/ratpackclub (programmation, liens, écoute etc), www.myspace.com/staugustinelovesyou, www.myspace.com/levy, www.turnercody.com, www.myspace.com/misterturnercody, www.differ-ant.fr.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 06/03/2010

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire