23/05/2019  |  5195 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2019 à 08:15:03
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Scary Mansion, Niandra Lades

Le Rat Pack (Clermont-Ferrand)
samedi 20 février 2010

Encore une belle affiche au Rat Pack, à Clermont-Ferrand, avec, cette fois, les Auvergnats de Niandra Lades, habitués du lieu, et les New Yorkais de Scary Mansion, qui étaient déjà passés ici même juste après leur set au Printemps de Bourges en avril 2009. Le public est nombreux et l’ambiance est plutôt chaude, ça fait franchement plaisir ! Espérons que cela continue de la même manière pour l’année 2010.

Niandra Lades, traitement de choc très doux…

Arrivé vers la fin de la prestation acoustique de Niandra Lades, on a néanmoins le temps de constater que ce groupe ambitieux et bigarré mérite décidément qu’on lui porte toute notre attention. Les chansons aériennes et planantes de la troupe pop folk rock sont magnifiées par le traitement de choc très doux qui leur est proposé : flûte, violoncelle, guitares sèches, chœurs d’anges, voix faisant se serrer le cœur, glockenspiel etc etc. Débarrassées de l’électricité, les compositions de pop euphorisantes de Niandra Lades et les reprises bien choisies (Grizzly Bear) font vraiment un effet énorme auprès d’un public de fans, positivement ravis. Une formule à rééditer !

Scary Mansion, au septième ciel…

Placé dans des conditions idéales – une bonne première partie, un public connaissant ses disques ou attiré par un bon bouche à oreille –, Scary Mansion a donné un excellent concert… Départ pianissimo avec un morceau calme et joliment lancinant puis, par la suite, très belle alternance de folk songs poignantes et de pop rock musclée à souhait. La voix émouvante de la chanteuse/guitariste/leader du combo US, Leah Hayes, délivre toute une série d’émotions contrastées, son mince filet de voix joliment susurré étant, en plus, très bien soutenu aux choeurs par sa soeur et par une section rythmique aussi efficace que versatile. Les arpèges de Thunderstick (mini guitare à trois cordes) de la meneuse de revue folk pop rock sont régulièrement amplifiés par une très belle distorsion, elle même soutenue par les soubresauts soniques du batteur (qui fait partie de la race des cogneurs sachant aussi être caressants) et du bassiste, aussi taciturne que solide. La succession très rapide de passages mélancoliques et de violents orages de rock booste littéralement la pop de Scary Mansion, visiblement très appréciée par l’assistance. Sur album ou joués en live, les futurs tubes Scum Inside, No Law, Yer Grief, Fatal Flow et Over the Weekend sont vraiment de nature à propulser au septième ciel n'importe quel fan de musique à la fois gorgée de spleen et d'énergie. Après une belle série de rappels, le groupe rejoint son stand merchandising à la fin d’un set concis et percutant, non sans s’être montré souriant et reconnaissant avec un Rat Pack des grands soirs. Tout cela donne encore plus envie de suivre la carrière naissante de Scary Mansion, tout en étant par la même occasion, de très bon augure pour la suite de cette soirée de samedi.

Sites Internet : www.myspace.com/ratpackclub (programmation, liens, écoute etc), www.myspace.com/myniandralades, www.myspace.com/scarymansion, www.leahhayes.com.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 06/03/2010

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire