20/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Henry's Funeral Shoe, Vieux Farka Touré, The Agitator, Honkeyfinger

Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
samedi 27 février 2010

Avis de tempête blues rock 'n roll world sur l'Auvergne en ce samedi soir, après un vendredi plutôt chaud avecAraban & Friends... Pour le passage de la caravane 2010 de l'excellent festival itinérant Les Nuits de L'Alligator à Clermont-Ferrand, le public a eu l'occasion de découvrir en live le one man band de trash blues Honkeyfinger, le blues world de Vieux Farka Touré, le duo rockabilly The Agitator et les démoniaques bluesmen très rock 'n roll de Henry's Funeral Shoe... Dehors, le vent soufflait très très fort, mais à l'intérieur de la Coopé, il y avait également de quoi être décoiffé par la tornade de musiques dérivées du blues... Jugez plutôt :

Honkeyfinger, un blues sacrément authentique, joliment dégueulasse et hyper rock 'n roll...

Seul avec son micro, sa guitare, sa loop station (pour se sampler), son harmonica et sa batterie jouée au pied, le terrifiant barbu se cachant sous le pseudo de Honkeyfinger fait immédiatement plaisir à tous les fans de blues joué en dépassant le mur du son et la barrière des convenances trop propres. Les autres membres de l'auditoire partent en courant, effrayés par le raffut de tous les diables que fait ce monsieur pour le moins en colère. Toute la musique qu'il aime, lui aussi, elle vient du blues. Mais un blues sacrément authentique, joliment dégueulasse et hyper rock 'n roll. Avec sa voix de Belzébuth en pétard, ses riffs tétanisants de guitare ou d'harmonica sursaturés et ses rythmes saccadés délivrés à l'aide de sa grosse caisse, Honkeyfinger envoie du lourd, du très lourd. Il faudrait juste penser à enchainer plus ou à raconter des blagues salaces comme Bob Log III pendant les temps morts et ce serait absolument parfait !

Vieux Farka Touré, de bien belles invitations à la transe et à la danse !

Aperçu brièvement au festival Roskilde sur une grande scène, on savait déjà que le fils du regretté Ali Farka Touré, Vieux Farka Touré était un as du mélange blues du désert n' world reggae zouk... Mais, là dans le Club de la Coopé, il nous a carrément transporté au paradis avec un set, certes trop court, mais truffé de morceaux enlevés, pittoresques, versatiles et fleurant bon la vraie Afrique. Souriant, enthousiaste, en forme olympique et accompagné par un excellent groupe (calebasse, batterie, basse, guitare sèche) Vieux Farka Touré fait montre d'un indéniable talent pour chanter une sorte de blues gai, jouer de la guitare électrique (avec une virtuosité au service des morceaux) et partir de manière épatante en vrille dans tous les styles abordés : blues du désert, reggae, world, zouk etc etc. De bien belles invitations à la transe et à la danse ! La joviale énergie et les ondes positives dégagées sur scène irradient en effet toute la salle, qui n'a de cesse de bouger son corps et de sourire. Ravi par l'accueil, Vieux Farka Touré se fendra, entre deux francs éclats de rire et autres facéties chorégraphiées avec ses acolytes, d'une phrase de sincères remerciements disant en substance : "Tous ces sourires en face de soi, ça donne envie de jouer !" Une telle décontraction, une telle joie de vivre et un tel talent, ce n'est franchement pas commun ! Et ça fait du bien...

The Agitator, va parfois taquiner Elvis sur son trône de king of rockabilly...

Juste après, The Agitator aura du mal à convaincre autant le public, qui commence un peu à s'éparpiller ou à partir... Il faut dire que la formule du duo anglais The Agitator - un chanteur + un batteur, et rien d'autre - est un peu répétitive ; malgré le talent vocal, mélodique et rythmique des deux hommes, au bout de quelques chansons, on se lasse un tout petit peu. Il faut néanmoins signaler de très nombreux morceaux bien foutus - déjà remarqués aux Transmusicales de Rennes en décembre 2009 - où The Agitator va taquiner Elvis sur son trône de king of rockabilly : dans ces moments-là, la voix puissante, pleine d'aspérités et gorgée de vie se lance dans de très impressionnantes acrobaties, boostée qu'elle est par un batteur aussi infatigable que remonté comme une pendule. A suivre...

Henry's Funeral Shoe, à faire se damner un fan des Black Keys.

La soirée se termine par un set high energy de Henry's Funeral Shoe, un duo anglais sacrément doué pour délivrer des blues rock songs à faire se damner un fan des Black Keys. Le chanteur guitariste affublé d'un haut chapeau melon et d'un t-shirt rouge (on dirait un roadie ultra looké des White Stripes, c'est un compliment) a un gros matou dans sa gorge et un turbo dans sa guitare ; ses parties vocales rocailleuses à souhait et ses riffs de guitare blues à réveiller un mort sont propulsés au firmament rock 'n roll par une batteur faisant partie du gang des cogneurs hurleurs sans micro. Ahhhhhhhhhhhhhh ! La belle équipe que voilà ! La musique basique et insoumise de Henry's Funeral Shoe fait vraiment du bien par où elle passe... Chaque titre défonce plus que le précédent, laissant le public exsangue à la fin d'un concert couronné par un rappel expéditif. Le duo, concentré et sobre dans ses interventions au micro, aurait gagné à être boosté par une assistance plus énergique, mais lorsqu'on passe en dernier lors d'une soirée au cours de laquelle des artistes très différents se sont succédés, certains spectateurs déclarent forfait. Qu'importe, ce jeune combo a le feu sacré et reviendra à nouveau nous botter les fesses un jour ou l'autre...

See you next year Alligator !

Sites Internet : www.lesnuitsdelalligator.com, www.myspace.com/honkeyfinger, www.honkeyfinger.com, www.vieuxfarkatoure.com, www.myspace.com/vieuxfarkatoure, www.myspace.com/theagitatormusic, www.myspace.com/henrysfuneralshoe.

Photos d'archives extraites des myspace des groupes...


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 06/03/2010

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire