07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Curry & Coco

Le Point Ephémère (Paris)
mercredi 21 avril 2010

Cool, j’ai la permission de mes parents pour sortir ce soir. Et hop direction le Point Ephémère pour m’éclater sur la musique fun du duo lillois Curry & Coco. Leur premier album We Are Beauty vient juste de sortir, du coup notre plat préféré fait une tournée pour le présenter. Leur recette gastronomique est faite à base de new-wave qui nous ramène aux sons de la radio FM des années 80 ( Wham, A-ah, Depeche Mode, Pet Shop Boys), avec quelques sons électro cheap plus récents (on pense à Fischerspooner).
Mais en attendant d’écouter sur scène ce cocktail du type « pêché mignon, limite mauvais goût », un DJ nous fait écouter des disques vinyles de soul et de funk 70, trop fun ! Une bière à la main (je sais, ce n’est pas bien, à 40 ans j’aurais la bedaine), je regarde le public, plutôt jeune, légèrement fashion, et surtout content d’être là. Quelques fans du Nord ont fait le déplacement, ils sont bien chauds pour faire l’ambiance ! Faut dire que du coté de Lille la bière est plutôt bonne, ça aide pour être en disposition festive.

Pile à l’heure (21h), notre duo culinaire arrive sur scène. Leur entrée (avant le plat de résistance) est magnifique, notamment grâce aux effets de la lumière. Au fond de la scène une boule à facette est posée sur le sol et projette une belle lumière blanche pour créer une ambiance du type « star disco du samedi soir ». Au devant de la scène, face à face, la batterie de Thomas et le synthétiseur de Sylvain. Thomas a le style du bout en train farceur et Sylvain est le beau gosse détendu fan de Morrissey. Comme deux potes qui se connaissent depuis de longue date, on sent le duo très à l’aise pour déconner. Et hop c’est parti pour écouter dans le désordre l’intégral de l’album, soit 45 minutes (rappel compris) de new-wave pour danser main dans la main. L’esprit est proche de la soirée boom entres copains/copines. On rigole, on tape dans les mains, on gesticule des hanches, on discute avec son voisin, bref c’est « à la bonne franquette ». Dans le style prestation ludique en live, Curry & Coco est moins trash que Sexy Sushi, moins glamour que Vive la Fête, moins rock que Stereo Total et moins bordélique punk que Kap Bambino. Donc un duo qui ne ressemble pas à leur contemporain. En fait Curry & Coco garde bien l’esprit duo synthétique des années 80 ( OMD, Yello, Pet Shop Boys, Blancmange), sans déborder vers les années 2000 qui ont connues les raves party.
Le son de la batterie sonne très boite à rythme, comme celui du tam-tam du lapin des piles Duracell et le synthé a tous les sons vintages 80 à la fois pop et légère. Leurs tubes Sex In Fashion, Top Of The Pop et la reprise Girls Just Wanna Have Fun de Cindy Lauper font leurs effets mais sans débordement. Curry & Coco aimerait que le public se lâche plus, mais l’ambiance malgré les appels de nos stars ne finira pas en surboom incorrecte. Il aurait peut être fallu de la part du duo, plus de folie non juvénile. Leur musique est un peu trop « gentille » et pas assez électroclash pour faire transpirer le public. Cela manque de pectoraux et d’hormones sales. La venue sur scène d’une danseuse version night-club ne suffira pas à mettre tout le public en délire. Malgré leur bonne humeur, leur côté sympathique, la musique de Curry & Coco laisse un peu sur sa faim (il manque le dessert ?). Pas assez de piment ni d’exotisme nouveau dans leur musique nostalgique et adulescente. Dommage. La soirée s’est terminée au Social Club pour une after, mais n’ayant pas la permission de minuit, je suis allé retrouver mon lit douillet.

Photos de Rod (www.le-hiboo.com)


www.myspace.com/curryandcoco
www.le-hiboo.com/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 26/04/2010

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire