23/02/2020  |  5313 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/02/2020 à 15:55:31
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Fleet Foxes, Josh T. Pearson

Bataclan (Paris)
Lundi 30 mai 2011

Vraiment difficile de redescendre après avoir fréquenté de telles cimes de songwriting émotionnel avec un combo aussi exceptionnel que celui-là !

Un peu moins de 23 heures, mardi 30 mai Boulevard Voltaire à Paris, on se retrouve extatique, lessivé et en état de lévitation avancée devant le Bataclan, après le set époustouflant des Américains country folk rock de Fleet Foxes... Vraiment difficile de redescendre après avoir fréquenté de telles cimes de songwriting émotionnel avec un combo aussi exceptionnel que celui-là ! Avec la troupe composée de Robin Pecknold, Skye Skjelset, Josh Tillman, Casey Wescott, Christian Wargo et Morgan Henderson, les heures passent comme des secondes, on oublie presque l'infernale chaleur du Bataclan et on laisse divaguer son esprit librement en partant des inspirations généreusement fournies à chaque morceau joué.

Les Fleet Foxes déroulent le tapis rouge de leur discographie...

Pas une anicroche ne viendra gâcher la soirée, parfaitement lancée par le pince sans rire et marquant Josh T. Pearson, pour une première partie littéralement habitée (à l'instar de l'extraordinaire concert offert au Café de la Danse en avril 2011), malgré le brouhaha ambiant...

Les Fleet Foxes déroulent le tapis rouge de leur discographie - deux brillants albums, Fleet Foxes et Helplessness Blues et un EP, Sun Giant - pour un public nombreux - la salle affiche complet depuis un bon bout de temps -, hyper enthousiaste et visiblement reconnaissant au combo d'être à ce point doué, concentré, tout en restant souriant, humain et communicatif à l'image de son très affable leader, Robin Pecknold.

Celui-là, parlons en : non content d'écrire des chansons folk rock absolument sublimes, il se fait fort de les magnifier encore sur scène en utilisant à merveille sa voix d'ange mélancolique, son jeu de guitare sobre et le travail hallucinant de classe sur l'instrumentation de ses divins acolytes. Les chœurs réalisés par ces hommes touchés par la grâce de Dieu sont sublimes, la finesse avec laquelle chacun joue de la batterie, de la guitare, de la basse, de la contrebasse, de l'orgue ou de la mandoline (voire du sax sur un morceau) est simplement renversante ; les Fleet Foxes arrivent miraculeusement à être d'une subtilité country folk pop remarquable, tout en sachant hausser le ton et monter en puissance sonore rock. A ce niveau-là de maitrise, on peut parler de grand art !

Un Helplessness Blues de haute volée en guise de conclusion parfaite pour cette succession de géniales cavalcades de mélodies.

Après avoir enchainé les titres sidérants de beauté pendant la durée de leur set (Drops in the River, Battery Kinzie, Bedouin Dress, Sim Sala Bim, Mykonos, Your Proctector, Tiger Mountain Peasant Song, White Winter Hymnal, Lorelai, Montezuma, The Shrine/An Argument, He Doesn't Know Why etc etc, difficile de choisir parmi tant de perles !), les Américains offrent en rappel une version belle à pleurer en solo d'Oliver James par un Mr Pecknold extrémement touchant. Puis, le groupe au grand complet se lance dans un Helplessness Blues de haute volée en guise de conclusion parfaite pour cette succession de géniales cavalcades de mélodies. Merci de tout cœur, messieurs !

Liens : http://joshtpearson.co.uk, www.facebook.com/joshtpearson, www.youtube.com/joshtpearson, http://twitter.com/JTPofficial, www.fleetfoxes.com, www.facebook.com/pages/Fleet-Foxes, www.myspace.com/fleetfoxes, www.subpop.com, www.cooperativemusic.fr.

Photos live : © dpc - Le HibOO


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 10/07/2011

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire