23/05/2019  |  5195 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2019 à 08:15:03
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Lanterns On The Lake

+ Vedett
+ The Hidden Cameras
La Flèche d'Or (Paris)
28 janvier 2014

Pour promouvoir la sortie de leur 2ème album (Until The Colours Run sortie en octobre 2013, soit 2 ans après Gracious Tide, Take Me Home), le groupe anglais Lanterns On The Lake était en tournée européenne, avec un passage en France pour… UNE seule date. C’était à Paris le 28 janvier à La Flèche d’Or. Cette date était la dernière sur le sol du vieux continent, avant d’attaquer tel Christophe Colomb, le sol américain.
Après avoir écouté quelques titres synth et touching pop de Vedett, quelle ne fut pas notre surprise de voir notre tête d’affiche jouer en deuxième position, soit à 21h. Cool, ça nous fait moins de temps à attendre pour voir et écouter les délicieux Lanterns On The Lake.
Le groupe est composé de 5 musiciens. Le concert commence délicatement avec au chant et au synthé Hazel Wilde installée sur le coté de la scène. Derrière elle, un bassiste, un batteur, un guitariste qui joue avec un archer et une violoniste. Dès les premières notes, on est imprégné par la douceur des mélodies, de la voix en apesanteur, de la grâce d’Hazel . Sur scène, elle dégage une forme de timidité fragile (perdue sous sa longue chevelure blonde), des plus émouvantes. Dès les premières secondes du concert, on se sent bien en sa compagnie, ainsi qu’avec les autres membres du groupe. Le style musical se balade entre la folk éthérée, new wave cotonneuse, avec par moment des rythmes vifs, plus rock. Les membres du groupe sont en total symbiose, et laisse Hazel occuper le centre de la scène. Elle alterne synthé et guitare acoustique, et entre les morceaux elle parle au public avec sa petite voix de souris. Quelque part entre Cocteau Twins, Marissa Nadler et Mazzy Star, les mélodies aériennes de Lanterns On The Lake sont un régal pour nos oreilles sensibles. Entre fragilité et rythme en apesanteur, la musique de Lanters On The Lake portée par la voix d’Hazel est en live un vrai moment de bonheur, qui apporte à chaque titre un voyage rempli d’émotion.
Après plus d’une heure de concert, difficile de reposer pied à terre. Du coup impossible d’entrer dans le style musical plus brut (limite bourrin) d’Hidden Cameras qui achève la soirée.
Avec mon pote Marco, on se fait dédicacer nos cd par Hazel, et en quittant la salle, on croise le groupe qui range leurs instruments dans leur camionnette noire. Ils sont prêts à partir aux states.

Photo: Paskal Larsen


lanternsonthelake.com/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 05/02/2014

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire