20/05/2019  |  5193 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/05/2019 à 17:50:59
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Hospitality

+ Filthy Boy
+ The Go Find
La Flêche d’Or (Paris)
28 mai 2014

Premier passage à Paris pour ce groupe de Brooklyn. La salle n’est pas pleine, car en ce mois de mai, le public parisien est très sollicité avec le nombre impressionnant de concerts proposés. Dans la sphère rock indé, il y a tous les soirs pleins de concerts auxquels on aimerait bien être présent. Les écumeurs de salles obscures ont du pain sur la planche pour faire leurs choix.
En cette soirée, veille du jeudi de l’ascension, nous voici à la Flèche d’Or pour applaudir Hospitality, un groupe qui nous a séduit avec son 2ème album qui a pour titre Trouble. Par contre ne vous fiez pas au titre, avec Hospitality, il n’y a aucun « ennuis », autant musical que pour leur prestation scénique. Dès le premier titre nous sommes emporté par eux, tant l’assurance entre les 4 membres du groupe est parfait. A l’aise dans leurs chaussures, le groupe mené par la voix d’Amber Papini frappe avec envie sur ses instruments pour nous donner le meilleur de l’indie rock ricain à la sauce Pixies/Pavement. Pas de temps mort, pas de manière, juste de l’efficacité. A la fois directe et subtile, la musique d’Hospitality emporte l’adhésion des spectateurs. Dans la salle, l’ambiance est chaleureuse. Pas mal de titres pourraient être des tubes (I Miss Your Bones, Going Out, It’s Not Serious, Last Words), ainsi comment résister à venir danser sur les mélodies pop rock du trio (+ un en live) ? Pendant plus d’une heure, Hospitality a enflammé la salle avec ses riffs mélodiques et la voix aux mille visages d’Amber. Bref dans le style indé, Hospitality, c’est du solide !

Avant cette belle prestation, nous avons été séduits par l’indie pop de Filthy Boy. Ce jeune groupe Londonien, avec au chant le sosie pubère d’Ian Brown (The Stone Roses) fait certes une musique pop anglaise très classique, mais ces gamins ont une volonté féroce à défendre leurs titres, qu’il est difficile de résister à leur insolence juvénile. Comme on dit, un groupe à suivre.

Les belges de The Go Find ne sont pas là pour réinventer la musique pop rock. Agréable certes, mais au fil des morceaux, une certaine lassitude s’installe à cause de cet effet de trop « déjà entendu». Par contre le chanteur mouille bien sa chemise.
Au final, une belle soirée qui nous permet de rentrer à pied pour flâner dans les rues de la capitale.

Chronique de l’album Trouble ici




hospitality.bandcamp.com/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 30/05/2014

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire