23/11/2017  |  4913 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/11/2017 à 15:26:04
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
The Dandy Warhols

Le Trianon (Paris)
samedi 14 mars 2015

D’après l’impressionnante gigography figurant sur leur site officiel, les Dandy Warhols semblent entretenir une relation toute particulière avec la France. On comptabilise en effet pas moins de 39 dates entre 1998 (premier passage à la Boule noire) et 2014 dont la luxueuse ouverture de la dernière tournée européenne de David Bowie en 2003.

En ce mois de mars 2015, les américains sillonnent l’hexagone et s’affichaient dans la majestueuse salle du Trianon. Un concert parisien complet depuis plusieurs semaines. Le quatuor est toujours installé au-devant de la scène et débute systématiquement dans la pénombre. Avec respectivement de gauche à droite : Zia McCabe au tambourin agité et accessoirement aux claviers, à la basse et au melodica ; Brent Deboer et sa batterie minimaliste ; Courtney Taylor-Taylor en leader imprévisible et le discret Peter Holström, virtuose de la 6 cordes à la casquette vissée sur la tête.

Taylor-Taylor est peu loquace (tout comme le reste du groupe), il semble préférer communiquer à travers les longues boucles psychédéliques qu’il affectionne. Cependant, de temps à autre et parfois de façon inattendue on aura droit à une « information » : Zia en after au Bus palladium ou encore un show irrespirable donné à Mexico il y a quelques jours en raison de la pollution ambiante. A la fin d’un titre étiré jusqu’à sa moelle substantielle, Taylor s’exclamera dans sa barbe : « God I was trippin’ ! ». Alors qu’Holström devait rencontrer un problème technique, Courtney entonnera alors dans une version feu de camp Every day should be a holiday en compagnie d’un public participatif et comblé.

Face à un auditoire fidèle, attentionné et réceptif qui apprécie autant les passages hallucinés illustrés par des éclairages stroboscopiques efficaces que ses classiques, Les Dandy Warhols revisiteront une discographie qui se veut exemplaire. Les albums et concerts sont tous emprunts d’une logique commune : débuter avec délicatesse, s’inscrire dans la durée et conclure en se rapprochant de la saturation. Une recette convaincante qui laisse augurer de nouveaux shows captivants puisqu’une nouvelle production devrait être publiée cette année. Comme à l’accoutumée presque deux heures d’intensité visuelle et sonique orchestrées avec justesse par les Dandy Warhols.

Titres joués au Trianon : Be-in / Crack cocaïne rager / Get off / Something you got to get over / The last high I love you / Everyone is totally insane / Down like disco / Rev Jim / Well they’re gone / Good morning / And then I dreamt of yes / Plan A / Every day should be a holiday / Holding me up / All the girls in London / We used to be friends / Horse pills / Bohemian like you / Godless / Pete international airport / Boys better.




www.dandywarhols.com
www.radical-production.fr
www.letrianon.fr

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 15/03/2015

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire