18/08/2017  |  4858 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/08/2017 à 12:36:24
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Surf City

+ Requim Chagrin
Espace B (Paris)
8 juin 2015

Première tournée européenne, avec 3 dates en France, pour ce groupe néo Zélandais. Leur 3ème album Jekyll Island, sorti au mois de mars est publié sur le label anglais Fire Records. Ce label qui a débuté au milieu des années 80’s avec Pulp, puis Spacemen 3 a su constamment choisir ses groupes, pour devenir aujourd’hui (avec plus de 300 références) un des labels anglais les plus intéressants. En témoignent les dernières sorties avec les artistes Death & Vanilla et Noveller. Donc gage de qualité : quand on voit un jeune groupe sur Fire, il faut laisser trainer l’oreille. Surf City, confirme la règle, on n’est pas déçu. Ce groupe réalise une musique pop rock des plus efficaces. A ranger dans la sphère des groupes indé du style Pavement, Yo La Tengo, Television et The Chills, les compos de Surf City sont d’une fraicheur sonore des plus redoutables. Le passage des titres en live est aussi une belle réussite, en témoigne cette première prestation parisienne. A l’aise dans leurs baskets, ces 4 garçons dans le vent sont sur les planches (de surf!). Des sacrés gaillards qui font mouiller leurs chemises et trembler leurs instruments. Ce groupe a une énergie insolente qui déborde de partout. En 50 minutes, Surf City impressionne le public dans l’art d’interpréter jusqu’à la moelle, comme si leur vie en dépendaIt, leurs titres explosifs gorgés de vitamine C. L’intro à rallonge du titre Beat The Summer Heat, avec son ambiance psyché, est une belle idée qui installe dès le début du concert le public dans une bonne ambiance. La tension, l’excitation ne baisseront pas d’un seul degré tout le long du concert. Aussi bon sur scène que sur disque, pro, sans se la péter Surf City a la carrure des futurs grands groupes qui ne font pas semblant. Ne passez pas à côté d’eux !

Nota : Je profite de cette chronique pour saluer les programmateurs de l’Espace B. Depuis quelques années ce bar resto concert (et expo) situé dans l’Est parisien propose tous les soirs dans la sphère indé (au sens large du terme), le meilleur des groupes émergents (Rose Windows -qui vient de splitter-, Ringo Death Star, The Oscillation…), avec parfois des routards (Laetitia Sadier, Mick Harvey, Terminal Cheescake…). Avec des entrées à prix doux (entre 6 et 12 euros et 30 euros pour la carte qui permet de voir tous les concerts du mois), et un accueil sympa (malgré que l’Espace B ne soit pas loin du Zénith, ici pas de videurs qui nous regardent comme des suspects !), l’Espace B est un lieux incontournable pour les amateurs de « bonnes » musiques rock.

Chronique de l’album Jekyll Island ici

Photos acid bleutés: Pascal Larsen


www.facebook.com/killsurfcity
www.firerecords.com/site/index.php?page=artists&artistid=00000000311
espaceb.net/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 09/06/2015

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire