25/02/2017  |  4759 chroniques, 159 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/02/2017 à 15:35:31
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Tess Parks & Anton Newcombe

+ The Wonder
La Maroquinerie (Paris)
21 juillet 2015

A peine 3 mois après la sortie de l’album Musique de film imaginé, Anton Newcombe (du BJM) revient dans l’actualité musicale avec I Declare Nothing , un album qu’il a composé avec la canadienne Tess Parks. Pour célébrer cette sortie, nos deux « grands » artistes sont partis en tournée avec 4 jeunes musiciens chevronnés. Cette tournée (sans le BJM) permet à Anton Newcombe de jouer dans des plus petites salles, à proximité du public. La halte parisienne se fera à La Maroquinerie, une salle de 500 places, située non loin du Père Lachaise. A noter que sur sa page Facebook, Tess a posté une photo où elle pose devant la tombe de… James Douglas Morrison (1943-1971).

Pour les parisiens qui ne sont pas allès faire trempette à la mer, et pour les touristes de passage dans la capitale, cette date est un rayon de soleil qui va se transformer en feu d’artifice ou en éclipse lunaire. En effet, Tess et Anton vont nous offrir pendant plus d’une heure, un concert de rock qui restera gravé dans tous les esprits. Certes le style musical est bien balisé : quelque part entre Mazzy Star, le Velvet Underground tendance Stephanie Says, le Melody Nelson du trio Gainsbourg/Birkin/Vannier, les Doors et la voix de Marianne Faithfull, mais le « couple » dégage une telle alchimie, qu’il est impossible de résister à leur union musicale. La fragile Tess a une présence gracieuse à faire tomber tout « Homme » en âge d’apprécier le charme féminin. Il suffit de la regarder boire sur scène un verre de rosé, pour comprendre que ce simple geste n’est pas a la portée de tous, surtout si on a des grosses paluches. Ensuite, il y a le plus important, c’est sa voix. C’est un cadeau qu’elle a reçu d’une personne divine, tant sa voix « roque » contient un timbre céleste. Sans forcer, elle chante à la fois avec une émotion et une rage (certes mesurée) qui font plaisir à entendre. A coté d’elle, installé sur un tabouret (du moins pendant une partie du concert), Anton, avec un look hippie 68/San Francisco est très décontracté. Il semble content d’être là. Cette cool attitude (la clope au bec), va lui donner des ailes. Ainsi d’une façon posée, il va montrer comme si de rien n’était, toute l’étendue de son talent de guitariste et de compositeur. Il reste discret, comme pour mieux mettre en valeur la prestation de Tess. La façon de jouer d’Anton est étonnante. Il touche à peine quelques cordes de guitare, que déjà c’est de la haute voltige qui nous ramène aux meilleures années du Velvet à rendre jaloux Dean & Britta. Il pourrait jouer de la guitare en étant aveugle, ou en faisant une partie de poker, tant il est très à l’aise avec son instrument. Du grand art, quel sacré musicos ! Derrière eux, les 4 musiciens (synthé vintage, guitare, basse, batterie), vont jouer leur musique avec une telle maitrise, une fluidité sonore, qu’au final, tout ce petit monde va accomplir ensemble (sous un jeu de lumière très rouge), un concert qui restera dans les annales. L’album I Declare Nothing ,est joué en intégralité, dans l’ordre des titres gravés sur le disque. Les versions live ont plus de coffre, sont plus psyché, et plus longs que sur l'album. L’effet groupe donne du volume aux titres. Le set s’achève, avec en rappel une reprise des Doors, le titre Five To One (qui clôture l’album Waiting For The Sun). Inutile de vous préciser que cette reprise va faire des heureux dans le public.
Perso, cette soirée, je la mets sur le même plan que les concerts de My Bloody Valentine au New Morning, Nirvana au Fahrenheit, Mudhoney et Jesus Lizard au Gibus, Black Angels à la Cigale, Loop à Villette Sonique, Marissa Nadler au Pt Ephémère, Kraftwerk à la Fondation Louis Vuitton. D’ailleurs, je ne trouve plus de mots à ajouter pour retracer ce grand moment de live, tellement j’étais occupé à danser pendant tout le concert. J’étais possédé par leur musique qui a parlé à tout mon corps. Tess l’a d’ailleurs remarqué (sic). Désolé si j’ai perturbé quelques voisins dans la petite fosse de la Maroq.
Le concert terminé, toute l’équipe se promène dans le bar/resto de la Maroq. Anton et Tess restent très dispo avec les fans. Ils discutent, signent des autographes, se laissent prendre en photos… Bref depuis qu’il habite à Berlin, l’ami Anton est devenu une personne des plus sympathiques. Comme quoi, quand on arrête les drogues dures, cela a des bons cotés.

Séance de rattrapage, Tess Parks & Anton Newcombe seront en concert au festival Levitation à Angers le 18 et 19 septembre. Inutile de vous préciser que c’est un RDV à ne pas rater.

Photos prise par Paskal Larsen entre 2 danses.


www.facebook.com/tessparksmusic
www.youtube.com/watch?v=w-_lhavIeBY
//levitation-france.com/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 24/07/2015

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire