16/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/07/2019 à 16:47:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Beth Orton

+ Kathryn Williams
Le Trianon (Les festins d’aden) (Paris)
mercredi 12 mars 2003

Suite à la défection de l'ex Lemonheads Evan dando, cette deuxième soirée des festins d'aden avait un furieux avant-goût des femmes s'en mêlent, l'attachant festival qui se déroulera dans diverses salles de Paris et de province dès fin avril.

Toutes deux représentantes d'un nouveau courant folk anglais, Beth Orton et Kathryn Williams avaient ainsi l'insigne honneur de s'approprier pour elles toutes seules ce magnifique théâtre à l'ancienne qu'est le Trianon. Et si l'on en juge par les applaudissements nourris qui vinrent consteller leur prestation toute la soirée durant, elles surent relever magnifiquement le challenge.

Moins novatrice que sa consoeur Beth, Kathryn Wiliams possède un timbre de voix étincelant qu'elle pose sur des compositions dépouillées et emplies de grâce. Les accompagnements subtils et boisés (guitares folk, violoncelle, contrebasse et percussions discrètes) oeuvrent pour en faire une auteure à suivre, la nomination de son deuxième album Little Black numbers au prestigieux Mercury prize anglais ne pouvant tout à fait être le fruit du hasard ...

L'on pouvait s'attendre à un dispositif scénique plus complexe pour Beth Orton, depuis ses débuts (dans les années 90) à l'avant-garde, que ce soit dans Spill aux côtés de William Orbit ou dans le cadre de sa carrière solo, où elle multiplie les collaborations (les Chemical Brothers, Terry Callier ...).

Son dernier album en date, daybreaker, fut encensé de par sa base formelle, recentrée sur des compositions très intimistes et un chant habité, absolument envoûtant.On aura la même réaction dès l'amorce du show de cette sublime gazelle élancée, qui, dès les premiers accents d'un répertoire exigeant, saura bouleverser l'assistance par son timbre de voix avantageusement mixé en avant, que des accompagnements discrets et fort à propos sauront magnifiquement embellir une heure et demie durant.

Pas de machines et savants bidouillages cependant au programme : Thinking About Tomorrow ?


auteur : Jérôme Crépieux - jerome_(at)_foutraque.com
chronique publiée le 12/03/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire