21/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/07/2019 à 22:02:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Nothing Else

Café Montmartre (Paris)
mercredi 26 février 2003

Alors qu’à l’étage des bourguignons se font étriller sur écran géant par des liverpuldiens d’obédience footballistique, les Nothing Else piétinent au sous-sol les plate-bandes du Mersey et ne se gênent pas pour tacler avec leur folle classe sauvageonne des vétérans de la perfide Albion, le capitaine Dave Gahan et ses coéquipiers hirsutes de Depeche Mode.

Portés par une "foule" de supporters déchaînés qui ne font que peu de cas de l’hymne Enjoy the silence, Pedro et sa fine équipe déversent ainsi dans un des "sanctuaires"  montmartrois du son les jolis refrains parsemés sur Organiq, une galette travaillée de longs mois à l’entraînement.

Des bouleversements dans l’équipe, qui connut deux transferts de poids cette année, un changement de tactique (le recours aux machines) et le retour aux fondamentaux (la scène) constituent le traitement de choc insufflé ces dernières semaines à cette équipe des Hauts de Seine pour sortir du ventre mou du championnat pop.

L’on dira ce que l’on veut, mais le mystérieux sorcier qui prit en mains leur destinées et leur apporta la rigueur ascétique nécessaire (entraînement rigoureux tous les samedi après-midi, pas d’entorse au règlement) leur fait faire des prouesses, à ces joueurs timorés que l’enjeu parfois glaçait.

Ces trentenaires en sont sortis tout bonnement métamorphosés, ont retrouvé l’envie de jouer et leur désir infini de victoires se lit dans leurs yeux au moment du coup d’envoi.

La cohésion entre les lignes saute au yeux dès le début de la partie, les solistes se renvoient la balle de manière virtuose (prestations remarquables aux ailes du bassiste et du guitariste solo), quand le frêle attaquant aux avants-postes ne manque pas de conclure les plus belles occasions (Même, Fission). Que dire des leurs deux autres coéquipiers ? Et bien, qu’ils font sacrément bien leur boulot et que leurs remarquables interventions assoient considérablement la base technique de la formation.

Après une prestation mémorable qui fera date (1h de temps réglementaire, plus les prolongations), ces belles dispositions restent à confirmer lors du tournoi triangulaire organisé par Elianor dans deux semaines au Divan du Monde (le jeudi 20 mars) avec des rencontres qui s’annoncent une fois de plus explosives.
Coup d’envoi 19h30.


nothingweb.free.fr

auteur : Jérôme Crépieux - jerome_(at)_foutraque.com
chronique publiée le 01/03/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire