19/02/2020  |  5308 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/02/2020 à 13:15:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Découvertes du Printemps de Bourges 2004 région Auvergne

+ Dee Lorelei + Eedio
+ 12 Baz Ton System + Arelano
+ Electrochok (+ Loto Punk)
La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
samedi 13 décembre 2003

C’est dans une grande salle de La Coopérative de Mai bien remplie que les cinq jeunes groupes sélectionnés pour les Découvertes du Printemps de Bourges 2004 région Auvergne ont pu faire leurs preuves pendant une demi-heure chacun.

Le trio clermontois Dee Lorelei avait la lourde tache de débuter la soirée à 20 h 30 précises… Malgré le handicap de jouer devant un public fraîchement arrivé, ils se sont parfaitement acquittés de leur mission : présenter au jury et aux spectateurs les meilleurs morceaux de leur très bon premier album éponyme. La tension perceptible n’a pas empêché David Roche (chant, guitare, claviers, samples), Pierre Esteves (basse) et Morox (batterie) de recréer sur scène les troubles ambiances de leurs enregistrements. Le rock aux humeurs changeantes de Dee Lorelei passe très bien la barrière de la scène et prend même une dimension prenante très prometteuse pour la suite…

Peu après, le set ultra carré d’Eedio a impressionné, même s’il n’a pas fait danser les foules pour cause d’horaire. Si la musique électronique de ce projet n’a rien de novateur, elle remplit parfaitement son rôle : faire décoller le public vers une autre dimension et lui donner envie de bouger son corps… Derrière ses machines infernales, le cerveau d’Eedio lance des boucles et des rythmes tout en vocalisant, parfois en duo avec une chanteuse. Réglé au millimètre et ultra groovy, ce set ne manquera pas d’enflammer d’autres soirées !

Toujours dans la veine électro mais en plus pop, Arelano a ensuite surpris par ses multiples facettes. Composé de deux guitaristes chanteurs secondés par des machines, le duo interprète en effet d'excellents morceaux pop de sa composition, se lance dans des déconnades électro assez dispensables (Can you gimme a beer) ou reprend un standard un peu ringard avec beaucoup d’humour (Maniac, le tube de le BO de Flashdance). Les deux musiciens ont le grand mérite de s’éclater sur scène. Si notre préférence va vers leurs titres de facture pop, la flamboyance de leur prestation laisse augurer des lendemains qui chantent…

Toujours électro mais plus expérimentaux, les musiciens de 12 Baz Ton System ont ensuite pris possession de la scène. Ce collectif de défricheurs sonores a le grand mérite de chercher des voies originales pour faire danser son public. Les musiciens clermontois incorporent à leurs beats electro un violoncelle distordu, des percussions réalisées sur des outils et toutes sortes de bidouillages inventifs… Si le résultat laisse parfois perplexe, certains morceaux permettent d’effectuer des montées paroxystiques pas très éloignées de la transe. Dans un contexte plus survolté, 12 Baz Ton System doit prendre une dimension supplémentaire.

Ce sont les fous furieux d’Electrochok qui ont clôturé la soirée. Ce duo survolté produit une musique ultra répétitive : c’est un véritable déluge de beats hystériques qui s’abat sur le public, pris par surprise et un peu KO debout. Masqués et déguisés, les deux jeunes hurleurs/bidouilleurs (16 années au compteur) dansent frénétiquement en hurlant absolument n’importe quoi. L’espace d’un instant, on se dit qu’on est trop vieux pour ces conneries… Puis on se retrouve fasciné par l’incroyable énergie qui se dégage de ces morceaux sans queue ni tête. Electrochok a bien choisi son nom, il n’y a vraiment aucune tromperie sur la "marchandise" !

Après délibérations au niveau national, les groupes retenus pour jouer au Printemps de Bourges 2004 seront révélés en janvier 2004.

L’hilarant groupe Loto Punk n’a aucune chance d’être retenu car il était hors concours ce soir-là. Toutefois, sa prestation mémorable au club entre les groupes présélectionnés restera dans les annales ! Ce spectacle interactif et pédagogique permet au public éberlué de découvrir - non sans une certaine surprise - qu’on peut faire une chanson punk avec n’importe quels accords choisis au hasard par le public. Après quelques morceaux punk ultra violents aux paroles suprêmement débiles (c’est le but !), le trio s’essaie au disco, au reggae voire à la chanson altermondialiste à la Manu Chao… Mais tout cela finit inexorablement en boucherie sonore bien punk car "le reste, on n’en a rien à foutre, ce qu’on aime nous c’est le puuuuuunk !". Jubilatoire, drôle et puissant, le Loto Punk réveille le punk qui sommeille au plus profond de vous...


www.reseau-printemps.com
www.deelorelei.com
www.arelano.fr.st

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 15/12/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire