19/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Grandaddy

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
jeudi 4 décembre 2003

Cinq musiciens américains foulent la scène… Tellement heureux qu’ils soient là - enfin-, on ne remarque presque pas leurs dégaines improbables. Dès les premières notes de "Yeah" is what we had, on décolle vers un ailleurs rêvé pour n’atterrir, en douceur, qu’à la fin du long chef d’œuvre He’s simple, he’s dumb, he’s the pilot, le dernier morceau de la soirée… La voix de Jason Lytle est si émouvante, la musique de ses acolytes est si étrangement magique qu’on ne tient absolument pas rigueur au groupe de son manque de présence scénique ou de la similitude avec les enregistrements studios. Cette musique créée à partir d’influences disparates (Neil Young, Electric Light Orchestra, Pavement, The Beatles) allume de petites étincelles dans le cerveau et provoque presque instantanément un sentiment de bonheur, tout le reste n’est que détail. Au fil du concert, on a la très nette impression d’avoir un casque sur les oreilles comme sur la pochette d’Under the western freeway et de gravir les montagnes photographiées sur l’artwork de The Sophtware slump pour atteindre le nirvana illustrant Sumday : un paradis perdu nimbé de brouillard.

Quand les premiers clapotis de synthé de l’intro de Laughin stock s'échappent des intruments de Tim Dryden et Jason Lytle, on se rapproche puis on ferme les yeux. Comme dans un rêve, on voit alors très nettement, la batterie métronomique d’Aaron Burtch et la basse de Kevin Garcia lancer le morceau pour mieux permettre à la voix de Jason Lytle de faire se hérisser tous les poils du corps sur le refrain aérien. Plus tard, Jim Fairchild déclenche avec sa guitare distordue un maelström sonore permettant d’atteindre le paroxysme du bonheur.

Très évocatrice, la musique du groupe de Modesto se suffit parfaitement à elle-même… Mais il faut avouer que les images drôlement absurdes projetées derrière les musiciens ont ajouté une dimension supplémentaire à ce concert stratosphérique offert au public de la Coopérative de Mai par Grandaddy.


www.grandaddylandscape.com/

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 05/12/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire