18/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/07/2019 à 22:02:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Beth Gibbons

+ Les Hurleurs
Le Confluent (Toulouse)
jeudi 13 février 2003

19h, je roule à fond sur l'A61 (désolé monsieur Sarkozy) pour rejoindre à temps Toulouse et ne pas perdre une miette du concert de ce soir. 20h30 sur mon billet, une heure très parisienne. On se dit que cela commencera de toute façon en retard.
20h34, je pénètre dans la salle, déjà beaucoup de spectateurs et surtout un groupe sur scène. J'apprends que ce sont les Hurleurs. Cette première partie fût une très belle surprise. Avec leur rock exigeant faisant penser à des groupes comme Tanger, Married Monk ou à certains morceaux de Calexico, les hurleurs nous font regretter d'être arrivé un chouia en retard. L'apport des cuivres sur les envolées des guitares est une belle réussite.
21h15, la salle est maintenant pleine pour entendre le dernier morceau de l'album out of season qui passe sur une bande pré-enregistrée. Le groupe débarque suivi de très près par Beth. Accompagnée de 6 musiciens dont le fidèle et excellent guitariste de Portishead, Adrien Utley, Beth se tient comme à son habitude, mains croisées sur le micro, tête penchée légèrement vers le bas.
On la croirait accoudée devant un banc d'église. Le public d'ailleurs écoute religieusement sa voix magnifique lorsqu'elle entonne seule accompagnée d'une guitare acoustique resolve. Le très bon éclairage de la salle donne plus d'intimité à sa prestation. Le grand moment de ce concert est le morceau funny time of year. La montée en puissance à la fois des guitares et de la voix de Beth nous transporte ailleurs.
On ne voit plus son visage, mais une complainte, un cri…
Juste le temps de se remettre de nos émotions, la demoiselle prend une guitare acoustique et entame l'excellent single tom the model . Quelques chansons plus tard et 2 rappels, dont une reprise du Velvet Underground, over my shoulder, c'est déjà fini.
Après le concert, Beth reste longtemps sur scène à bavarder avec son public et à signer des autographes. Je reste aussi un moment dans la salle en étant abasourdi par ce moment de grâce et de beauté auquel je viens d'assister.


www.bethgibbons.com
www.portishead.co.uk

auteur : Nicovara -
chronique publiée le 14/02/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire