16/11/2018  |  5077 chroniques, 166 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/11/2018 à 19:40:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Tami Neilson

La Boule Noire (Paris)
03 septembre 2018

En ce jour de la rentrée des classes (du moins jusqu’à la 6ème pour les plus grands), pas beaucoup de parisiens ni de Gaulois se sont déplacé pour venir applaudir Tami Neilson à l’occasion de son premier concert en France, organisé par Michel de Fargo. Si en Nouvelle-Zélande son pays d’adoption, Tami Neilson a pas mal de succès, en France, c’est clair, elle est peu connue. C’est bien dommage, car son style de musique est facile d’accès et mérite à l’instar d’une Sharon Jones, d’un The BellRays (avec Lisa Kekaula) ou d’un Kitty Daisy & Lewis, d’avoir autant qu’eux du succès par chez nous. Donc tant pis pour les absents, car pour les présents (une centaine de badaud), Tami Neilson et ses trois musiciens nous ont régalés pendant plus de 90 minutes de musique rock sixties et fifties parsemé de country, d’exotica, de soul et de gospel. Sur scène, Tami Neilson a beaucoup de charisme, elle communique sans fioriture avec le public. Elle est très à l’aise et super décontracté. Entre les morceaux, elle a toujours une anecdote à raconter. Elle porte la même robe qui orne la pochette de son nouvel album nommé Sassafrass ! . Soit une robe rose à paillettes très fifties taillée près du corps avec comme motifs, des fruits (banane, pastèque, fraise…). Au bout de 40 minutes, elle change de robe, tout en restant dans le même style, soit une robe jaune avec des inscriptions BD/cartoons. Avec sa coupe de cheveux au carré style Betty Page, Tami Neison est très attachante car tellement vivante et drôle. Energique, espiègle, musicienne (guitares, maracas), elle a surtout une magnifique voix soul qui donne la chair de poule. Avec ses musiciens (guitare/basse/batterie) habillés en costumes/cravates noirs, les compos de Tami Neilson et les reprises sont de puissantes machines à danser. Fun au possible, on est téléporté dans l’Amérique du film American Graffiti de Georges Lucas, sans être rétro car le son sonne frais et actuel. Sa musique et son attitude est à la fois festive et touchante. Bref, belle prestation d’une femme étonnante, qu’on vous conseille de ne pas rater lors d’un prochain passage en Gaules, une terre peuplée par quelques irréductibles spécimens à deux pattes.

Chronique de l’album Sassafrass! ici




www.youtube.com/watch?v=fffEwvxpFWM
www.tamineilson.com/
tamineilson.bandcamp.com/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 05/09/2018

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire