15/11/2019  |  5265 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 14/11/2019 à 18:11:01
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Scratch Massive

+ TORB
La Gaité Lyrique (Paris)
07 mars 2019

En 2018, le duo Scratch Massive réalise le magnifique album Garden Of Love, mi en image avec trois clips des morceaux, Last Dance, Fantôme X et Sunken, dignes d’un visuel de film en scope. L’année 2018 a été très créative pour Maud Geffray et Sébastien Chenut. Avec les années (le duo existe depuis 2003), leurs talents se bonifient avec élégance. Ainsi ce n’est que justice que leur concert parisien à La Gaité Lyrique soit « sold out ». Léonie Pernet en concert en janvier 2019, Scratch Massive en mars, La Gaité Lyrique semble être le lieu de confort pour la musique électro raffinée.

Après une première partie avec le DJ électro TORB, Scratch Massive arrive à 21 h sur scène sous les applaudissements du public. Disposé sur le centre de la scène, Maud (vêtu d’un haut couleur jaune) et Sébastien sont dos à dos pour jouer avec leurs synthés et ordinateurs. Le jeu de lumière est impressionnant. Au sol des spots blancs clignotent dans tous les sens et en hauteur deux lasers sophistiqués projettent des lumières pour nous installer dans une ambiance de films de science-fiction, entre Alien, Matrix le New-York 1997 de John Carpenter. Avec ce magnifique jeu de lumière dominé par les couleurs verte, bleue et rose, la musique de Scratch Massive nous enivre, nous enveloppe de ses mélodies et rythmes électro et techno. La voix de Maud semble flotter au-dessus des étoiles. On a envie de la rejoindre. On s’imaginerait bien l’écouter chanter avec juste une guitare ou un synthé de poche. En concert, la musique de Scratch Massive est plus techno que sur disque. La mélancolie « dream » cotonneuse est plus nuancée. Normal, on n’est pas dans notre salon. C’est une autre expérience, une extension du disque pour la scène. Petit regret, les morceaux non chantés par Maud sont enregistrées. Pas de guests pour les porter en public. Dommage. Dans la salle, l’ambiance est chaude et enthousiaste. L’esprit clubbing est dans l’air. Après 70 minutes de concert, le duo quitte la salle, puis revient pour un rappel un peu court. On aurait bien aimé profiter un peu plus de leur musique et du jeu de lumière. C’est clair le format concert, c’est plus court que le format club, qui dure toute la nuit. A la sortie, le public parait satisfait de la soirée. J’entends justement à côté de moi le commentaire d’une jeune fille qui dit à sa copine, qu’elle a préféré le concert de Scratch Massive à celui de Massive Attack (tient le mot « massive » est en commun dans le choix du nom de groupe), car le groupe de Bristol ne communique pas avec le public. Certes Scratch Massine ne tape pas la causette, mais Sébastien emporté par la musique, sait porter le public vers l’extase. Bref belle soirée électro au cœur de Paris, entre les Halles, anciennement le ventre de Paris et la place de La République, lieux d’expressions enflammées.

Chronique de l’album Garden Of Love ici




fr-fr.facebook.com/pages/category/Musician-Band/Scratch-Massive-60763654455/
www.youtube.com/watch?v=vXpIdlzwQII

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 08/03/2019

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire