18/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/07/2019 à 22:02:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Eighties Matchbox B-Line Disaster

Nouveau Casino (Paris)
mercredi 22 janvier 2003

Chaque début d'année débarque un groupe avec un nom abracadabrantesque.
En 2002, ce fut Black Rebel Motorcycle Club accompagné d'un excellent premier album, de très bonnes prestations en petits clubs (Boule Noire de Paris) et d'autres moins intimistes mais toujours aussi nerveuses (Festival International de Benicassim).
2003 voyait la naissance scénique d'un nouveau groupe à particules : Eighties Matchbox B-Line Disaster.
Bien vendus par la presse branchouille (Les Inrockuptibles - qui ont par exemple vanté les qualités des BellRays près de six mois après foutraque !!), les 5 britanniques, munis d'un seul album The horse of the dog sous le bras, ont rempli sans difficulté le Nouveau Casino.
Cette nouvelle soirée Sonic Mook, sensée présenter le futur du rock, révélera...un excellent DJ, issu de la boutique garage Born Bad de la rue Keller.
Après une heure d'attente, Eighties Matchbox B-Line Disaster se découvrait enfin sur scène.
Ils n'allaient pas être à la hauteur des espérances.
Son chanteur, clône de Peter Steele de Type O Negative, tenta vainement de prouver qu'il faisait parti du cercle très fermé des méchants garçons :
- en hurlant avec sa grosse voix de jeune adulte (à 20 ans, la mue a porté ses fruits)
- en se contorsionnant comme un possédé de la bête (le viel adage rock = musique du diable)
- en agitant sa longue chevelure (souvenirs de soirées devant la glace à singer Iron Maiden)
- et en plongeant dans la foule à plusieurs reprises (avec calme et rigueur pour ne pas se blesser !).
Les autres musiciens possèdent également leur propre look et semblent jouer leur style de musique préférée mais...chacun dans son carré qui lui est réservé, d'où une sensation désagréable d'écouter plusieurs groupes en même temps.
Le guitariste aurait certainement aimé jouer avec Rancid, il s'énervera pendant une cinquantaine de minutes sur sa six-cordes. Aucune excitation n'en ressortira, hormis l'ennui.
Quelques accros aux riffs matchboxiens s'en donneront à coeur joie dans la fosse, mais qu'en restera-t-il ?
Un nouveau passage parisien est annoncé fin mars, avant le split prévisible ?


www.eightiesmatchbox.com

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 23/01/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire