25/08/2019  |  5227 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/08/2019 à 13:53:53
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Ben Harper and the Innocent Criminals

+ The Thrills
Le Réservoir (Enregistrement de Music Planet 2Nite) (Paris)
mardi 18 mars 2003

Star en France, encore méconnu au sein de son pays d'origine - la "Busherie" - Ben Harper attire les foules hexagonales, réceptives à ses moindres faits et gestes. Le 17 mars, veille de l'enregistrement de Music Planet 2nite, il assurait un concert intimiste et habité de 2 h 30 au Casino de Paris, présentant au passage son cinquième album Diamond on the inside, illustré par une Eve des sables implorant le dieu Eole.
Au cours de ses deux dernières années de repli, Ben Harper semble avoir été visité par le spectre de Bob Marley. On croirait son premier simple intitulé With my two hands, être un énième inédit retrouvé dans un grenier par la veuve de l'empereur du reggae, sur un 45 tours pressé en un exemplaire unique par Tuff Gong !
Déjà programmé à Bercy en novembre 2003, Ben Harper s'ajoutait à la longue liste des artistes contemporains - à vocation populaire - qui ont participé à l'enregistrement de la classieuse émission d'Arte. Ray Cokes, présentateur de l'unique show musical joué en live sur l'ensemble du PAF, n'omettait pas de rappeler que celui-ci était menacé à l'orée de 2004. En bon british et finalement très proche de la réalité, il se plaignait de la France qui n'est décidément pas le pays du rock n'roll (cf succès rouleau-compresseur des potiches et poseurs de Star Academy et du pas drôle Michaël Youn et ses Bratisla boys...).

Les irlandais, beaucoup trop lookés, The Thrills assuraient une courte première partie (trois titres joués), dont on retiendra : les cheveux gras mais pas trop, les t-shirts -rose avec Mickey ou bleu avec Elvis- les tâches d'eau de javel réparties avec une symétrie impressionnante sur le jean de chanteur, les vestes trop cintrées, les pantalons trop courts ...

Même si Ben Harper demeure proche de son public, celui-ci est parfaitement initié au cercle fermé du show-business, par exemple faire mariner son public pendant une heure et apparaître juste avant l'émeute. Il débuta son set, par l'ancien et parfait Excuse me mister, qui pouvait laisser augurer une soirée survolant une décennie d'hymnes folk et rock. Il n'en fut rien. Le reste des titres interprétés, promotion oblige, étant extraits de sa récente livraison. Epaulé par d'excellents Innocent Criminals, Ben Harper ne saura toutefois pas laisser un souvenir impérissable de cette soirée au Réservoir. En raison du manque de rôdage des nouveaux morceaux et de leur caractère secondaire face à la trilogie exemplaire du milieu des années 90 : Welcome to the cruel world, Fight for your mind et The will to live.


www.benharper.net
www.thethrills.com

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 19/03/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire