23/05/2019  |  5195 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2019 à 08:15:03
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Bugge Wesseltoft

Blå (Oslo (Norvège))
lundi 15 mars 2004

Ah ben voilà, le tant attendu concert de Bugge et son groupe au légendaire club Blå à Oslo.
Un mot sur l'endroit: Blå est dans la mouvance de ces clubs qui ont émergé dans d'anciens bâtiments industriels, ici il s'agit d'un ancienne teinturerie (d'où le nom, -Blå- -bleu- en français). L'endroit n'est pas très grand, et on peut pratiquement s'asseoir à côté des mecs qui sont sur scène, à moins de choisir le bar à l'autre extrémité. Le public du Blå est aussi légendaire, pas un bruit, vraiment à l'écoute, aie-aie, si vous pétez un plomb, ça ne risque pas de passer inaperçu. M'enfin, restons calmes. Le son est aussi très bon dans la salle, pas de reverb', très acoustique, donc nous voilà partis...

Notre ami Bugge se pointe sur scène, d'abord seul (et avec une chouette chemisette) avec ses ordis, ses keyboards (toujours le Fender Rhodes) et autres bidules dont il se sert avec pas mal de doigté. Il nous lance un bon groove d'entrée, issu de son dernier CD (Film iNG). J'vois même quelques personnes effrontées qui se mettent à dodeliner de la tête illico...
Ensuite le groupe apparaît, Jonas Lönna aux decks, Rikard Gensollen aux percus, et 2 nouveaux types: Ole Morten Vågan à la contrebasse/guitare basse et Andreas Bye aux drums. Bon le Ole Morten, c'est pas une manche, y va sans dire, il est carrément bon d'entrée de jeu (il est pas bien vieux et son look s'accorde bien au reste...). Il nous vient de la fameuse école de Jazz de Trondheim, évidemment. Andreas m'avait plutôt laissé sur ma faim après le concert d'Amsterdam, mais là, il avait bien la patate, donc cette fois-ci, je me suis régalée... Mais il a quand même tendance à rêvasser (hihi) lorsque Lönna et Gensollen prennent le rythme et le laissent souffler.

La rythmique est toujours la clef des concerts de Bugge, avec des sections trépidantes et d'autres carrément tripantes, des ambiances qui prennent le temps de se développer, et une impression de mouvance continue. Impossible de ne pas céder. Ah une super surprise, Bugge donne maintenant de la voix, et c'est plutôt joli. Il chantonne, mais il chantonne bien, par exemple une mélodie mélancolique nord africaine, vraiment très chouette (sur l'album, interprétée par Dhafer Youssef).
Le morceau délire du concert est issu du dernier album aussi, avec une voix remixée qui nous lance un "I was so young", (Bugge vient d'avoir 40 ans), et le voilà qui se met à trépigner sérieusement, donc bon ca va, il ne va pas prendre sa retraite demain.
Et bien sur le morceau qui a donné son nom au cd Film iNG, un solo basse de Ole Morten pour commencer et on continue sur un concentré énergétique (des lignes de Rhodes percutantes), même mes amis norvégiens s'agitent. Deux reprises à la fin du concert, le morceau oH Ye en version blues-qui-tue, et un petit dernier pour calmer le public norvégien tout échaudé.

2 heures de musique de génie, que demander de plus? Tout ce que j'ai pu dire à Bugge après le concert était: "That was so cool ehh, fantastic, THANK YOU!", je sais pas quelle figure j'avais alors, mais Bugge m'a saisi le bras et m'a fait son grand sourire habituel, et pas de commentaires, hehe ...

Alors, ne manquez pas Bugge&co en tournée en France tout bientôt, près de chez vous :

23 mars: Paris
24 mars: Nantes
25 mars: Bordeaux
26 mars: Amiens
27 mars: Grenoble

(informations sur www.mic.no)




www.jazzlandrec.com
www.blx.no

auteur : Anne Estoppey - anne.estoppey@tromso.online.no
chronique publiée le 20/03/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire