09/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 08/12/2019 à 14:58:56
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Keziah Jones

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
mercredi 15 octobre 2003

Il y a quelques années, la prestation de Keziah Jones dans le cadre du festival Rock Au Max à Thiers avait été catastophique. En ce triste jour de juillet 99, il avait fait étalage de sa nature capricieuse et égocentrique en se comportant en tyran avec son roadie guitare et ses musiciens... puis en quittant carrément la scène sur un coup de tête.

Si en 2003 Keziah Jones reste conscient de son physique avantageux et de son toucher de guitare envié, il semble aujourd’hui plus détendu sur scène… En plus d’avoir indéniablement influencé son nouvel album Black Orpheus, sa rencontre avec Fela Kuti semble l’avoir fait mûrir. La photo du maître Fela trône d’ailleurs sur l’ampli de Keziah, sans doute une manière de profiter de son aura.

Le nombreux public de la Coopérative de Mai a donc pu apprécier pendant presque une heure et demie la superbe voix du Monsieur, son jeu de guitare inimitable et ses musiciens (basse, batterie, claviers, percussions, choriste), excellents. Avant de jouer son tube Rythm is love en rappel, Keziah Jones avait pris soin de présenter avec classe son nouvel album en effectuant quelques retours en arrière vers ses premiers efforts.

Quel que soit le morceau interprété, c’est un véritable régal de voir et d’entendre jouer ce virtuose plutôt sobre… Le jeu de guitare percussif de Mr Jones se mêle admirablement à celui de son bassiste : on se demande même parfois qui joue quoi car la basse sonne comme une guitare alors que celle-ci emprunte des sonorités propres à la basse. Keziah Jones se permet même d’interpréter un titre sans sa guitare, prouvant ainsi définitivement qu’il est aussi un grand chanteur.

En mélangeant les sonorités de la musique africaine avec ses traditionnelles influences - le blues, le funk, la soul et le rock de Jimi Hendrix - ce jeune musicien doué permet à son public d’effectuer un enrichissant voyage musical qu’il souhaiterait toutefois un peu plus long, en témoignent les cris et les sifflets saluant le retour de la lumière dans la salle.


www.keziahjones.com

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 16/10/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire