16/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/07/2019 à 16:47:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
A.S Dragon

+ 1ère Partie
El Mediator (Perpignan)
samedi 10 avril 2004

Généralement il est de bon aloi de commencer un compte rendu de concert par la première partie, mais la charité athée qui m'anime ne me permet qu'un très bref anti-éloge du malheureux groupe, dont je tairai le nom, qui a cru un instant se donner en spectacle en première des A.S.
L'un des protagonistes, sous-Calogéro (ou sous-Kyo), aura peut-être la chance de se faire éliminer en sélection de "Pop-tars" (non, je n'ai pas oublié de "S") l'année prochaine ; car sans charisme et sans talent, ils vont avoir du mal à mon humble avis... Maintenant, et à leur décharge, on pourra supposer qu'ils ont été victimes d'une sarcastique contre-programmation face aux A.S Dragon, très en forme, eux, ce soir.

Passons de la lessive pré-formatée RTL2 à quelque chose de sérieux, car en ce samedi soir les murs du Mediator vont trembler sous les coups de boutoirs psychédéliques de Natacha et de ses acolytes en transe. On attaque par un Spank me d'échauffement, qui reviendra comme un boomerang chauffé à blanc clore le set quelques instants de jouissances collégiales plus tard.

Et on la "spankerait" bien, la Natacha, car si tout a déjà été écrit sur son indéniable influence sur le cerveau reptilien, il faut le voir pour y survivre ; cette nuit, sous la couette, l'assistance ne rêvera pas de la petite maison dans la prairie... Nan, y va y avoir du sport onirique avec de la demoiselle filiforme qui fait du "Stooges à la Blondie" en se désarticulant en rythme sous des sunlights incandescents : Rah lovely! Si Wagner avait été une 'zesse et qu'il avait fait du garage-psyché, on l'aurait appelé Natacha (et si mon oncle... je sais, je sais!).

Il faut dire qu'elle est loin d'être seule sur scène, et le combo qui la pousse au bord de l'hystérie, sait pertinemment comment s'y prendre.
Gageons qu'Hervé le batteur, mi-homme, mi-fauve, mi marteau-piqueur sous anabolisants, aura eu sur l'assistance féminine le même effet euphorisant que "Natache-moi" sur mes distingués collègues…Y-a du testostérone partout sur les murs, la salle vibre et fusionne, ce soir Perpignan c'est Mururoa et la bombe c'est du Dragon.

Le Set passe à vitesse grand "V", les morceaux enchaînés avec une furie extatique, presque indécente ; tout y passe, on gémit, on hurle, on grogne, et pouf! c'est fini. Je vais pas vous refaire la tracklist, je l'ai même pas calculée. J'en ai encore des "Cramps"...

Bref, c'est sale, c'est bon, si ça passe près de chez vous : sautez dessus!

A lire également sur foutraque.com : l'interview d'A.S Dragon réalisée en avril 2003.


www.asdragon.com/
www.tricatel.com/
www.elmediator.org/

auteur : Steve Golliot-Villers - steve@foutraque.com
chronique publiée le 13/04/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire