12/12/2018  |  5094 chroniques, 167 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2018 à 11:58:06
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Angil + Minimilk + Electophön Vintage + Lemoine

Les Musicophages (Médiathèque associative), showcase acoustique (Toulouse)
mardi 1er juin 2004

Il est de ces concerts intimistes, à demi secrets, où la plupart des spectateurs sont des amis ou des connaissances des groupes. Ce genre de concerts trop rares car denses, où les musiciens se donnent sans compter, nous livrant cette partie souvent voilée qu’est leur sensibilité.
Sous la houlette de Unique Records, la médiathèque associative de Toulouse « Les Musicophages » accueillait en ses murs trois groupes aux univers différents, mais ayant tous un goût prononcé pour le folk.
La soirée commença par Lemoine (Stéphane de son prénom), un brin imposant, timide mais terriblement gentil. Guitare à la main, voix grave et paroles en anglais. Dès les premières notes, l’ambiance s’installa, tandis que le public s’asseyait tout en silence. Les bruits dans la rue disparurent et les portables devinrent muets. Après quelques compositions dans la langue maternelle de Shakespeare, Lemoine s’essaya en français. Départ hésitant mais la langue prit son pas naturel, la clarté de ses textes aussi. Des textes pas toujours gais mais terriblement bien accompagnés.
Pas le temps de souffler que le second groupe, Minimilk, fit son apparition. Un duo étonnant et complémentaire. L’un joue de la guitare (Sébastien), autant que l’autre joue de sa voix, pendant et après les chansons (Remy). Des textes en anglais, doux et amoureux, soutenus par une petite voix un peu frêle mais charmante, donnant de temps en temps un petit rayon de soleil à la nuit naissante.
Suivit Electophön Vintage, le projet solo de Remy (également membre de A Place For Parks). Moins colorée que celle de Minimilk, la prestation de Remy fut distrayante, entre vignettes folk (guitare et synthé antédiluvien), blagues atypiques (« C’est l’histoire d’un homme qui était tellement pieux qu’on en a fait une clôture ») et petites maladresses.
La fin de la soirée se conclut de fort belle manière avec la présence d’Angil, qui a subjugué son auditoire. Seulement accompagné d’une violoncelliste (Géraldine), de sa guitare électrique et de pédales à effet, ce dernier, le temps d’une petite heure, a fait basculer nos petits cœurs. Il est dur rétrospectivement d’en décrire le contenu tant son univers est riche en surprises (rythmique faite à partir de petit tapotement sur un micro ou mélodies sifflotées et mises en boucle) et profondément émotif. On en ressort un peu hagard et rêveur, tout en se souvenant d’un refrain de Minimilk « Don’t wake me up ! ».
Comme le fut cette soirée, un rêve tout éveillé.


www.uniquerecords.org/
www.angil.fr.fm/
www.musicophages.org/

auteur : DrBou - drbou31@hotmail.com
chronique publiée le 05/06/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire