19/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Dionysos

+ Syrano
Abordage (Evreux)
samedi 10 juillet 2004

L’Abordage accueillait l’unique concert de l’été de Dionysos, sous atmosphère protégée (comprendre dans une salle à dimension humaine).
Le groupe était en résidence depuis quelques jours à Evreux, afin de se rôder avant d’affronter quelques festivals d’été (Route du Rock…). Il en profitait également pour finaliser quelques nouvelles compos, devant figurer sur un prochain album à paraître début 2005.
Syrano avait la lourde tâche de faire patienter le public, contenu comme un seul homme (ou une seule femme, au choix) avant la déferlante d’ « 1 mètre 59 et demi ». Ce jeune compositeur et interprète originaire de Chartres (révélé lors du dernier Printemps de Bourges) propose une chanson hip-hop, qui surprend voire décontenance au premier abord.
Cependant son entrain, ses textes et son humour, ainsi que la qualité de ses musiciens (accordéon, violon…) lui éviteront de basculer vers la caricature.
Peut-on encore s’amuser des pitreries de Mathias et sa bande, qui ont écumé les salles de France en long et en large, depuis près de 10 ans ?
La réponse est indéniablement « oui ». Même si certaines attitudes et propos sont hautement prévisibles (puisque déjà vus et entendus), une session live de Dionysos (à l’instar d’un show des Wampas) est toujours marquante.
Au coeur d'une fournaise des beaux soirs, et fidèle à la tradition, le groupe se présentera sur les planches en tenue de baptême.
Rapidement Mathias tombera la veste queue-de-pie pour prendre la température dès le 4ème titre. Pour ajouter un peu de piment à cette sauce qui avait pris dès les premiers accords, il nous assènera d’une impro plutôt réussie décrivant chacun des membres de Dionysos (en insistant évidemment sur les points faibles), tel un Saccomano qui refait le match. Jouant tour à tour les titres des deux derniers albums, qui paraissent finalement bien paisibles dans leur versions studios, comparés à la frénésie scénique déployée, le combo de Mathias & Co n’hésite pas à mouiller la chemise.
On est bien loin de tous ces groupes pop statiques, qui ne pensent qu’au cachet du soir et à leur plan de carrière… sur la comète.
Chapeau bas.


www.dionyweb.com/
www.abordage.net/

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 25/07/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire