19/08/2019  |  5224 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/08/2019 à 16:59:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Placebo

+ The Kills
Zénith (Caen)
mardi 20 juillet 2004

Dans un Zénith digne d’un sauna d’une nuit d’été, pour reprendre l’expression décrivant un mythique concert des Foo Fighters et de Beck, Placebo, et dans une moindre mesure The Kills, étaient très fortement attendus.
Face à un auditoire conquis d’avance pour le trio de Brian Molko, The Kills tentera de limiter la casse. Force est de constater que ce type de petit groupe s’apprécie davantage dans une salle de 300 places que devant un parterre d’environ 4 000 placebistes.
Les extraits joués de Keep on your mean side s’apparenteront davantage à une bouillie sonore indigeste, qu‘au registre punk-blues auquel ils sont censés appartenir.

Placebo, désormais bien ancré sur l’autel de la starification, fit son apparition sous des acclamations colossales et dans une ambiance du feu de Zeus !
Doté d’un jeu de lumières puissant et d'une sono musclée, le trio adulé rencontra cependant quelques problèmes techniques, dès les premiers riffs. Il en fut même contraint à rejoindre les coulisses au bout de 2 morceaux !
Visiblement usé par un an et demi passé sur les routes de la planète mais toujours honnête et fier d'être sur scène, Placebo reviendra requinqué après cet intermède. Le combo en profitera pour revisiter non seulement Sleeping with ghosts et son dernier tube en VO/VF Protect from what I want, mais aussi Black market music.
Face à l’enthousiasme local et la furie maîtrisée mais intense du public, Brian Molko en tombera la chemise et enchantera la foule dans la langue de Molière. Pour les puristes, il réinventera l’interprétation de titres, désormais historiques, issus du premier album paru en 1996, mais aussi de Without you I’m nothing.
Ce dernier concert de la tournée Française aura permis à Placebo de constater que l’accueil glacial recueilli aux dernières Eurockéennes de Belfort n’était guère significatif.
Son salut final théâtral et mérité, sans même avoir eu le besoin d'interpréter le classique Where is my mind, confirmera que l’on tient une formation qui marquera définitivement son époque.

PS - Merci Stéphanie


www.placeboworld.co.uk/
www.thekills.tv/
www.premier-rang.com/

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 25/07/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire